Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

  


L'épave du
ROBERT GASKIN

par Mike et Monique Bellefeuille

Revue LA PLONGÉE
Volume 19, No.6, Décembre 1992

La ville de Brockville est située au coeur des Milles-Îles, une des plus belles régions de l'Ontario. Mais plusieurs ignorent que tout près, dans le Saint-Laurent on trouve aussi plusieurs épaves. Par exemple, l'épave du Lillie Parsons dont nous avons déjà parlé dans La Plongée. Il y a aussi celle du Muskeelounge et du Henry C. Daryaw ainsi que celle du Robert Gaskin où nous avons plongé récemment.

C'est un site de plongée fait sur mesure pour les débutants et ceux et celles qui préfèrent les sites faciles d'accès. L'épave est située à 450 mètres du rivage, juste en face de Blockhouse lsland. En raison de la circulation maritime, il serait dangereux de s'y rendre à la nage, mais cela dit, les conducteurs de bateaux des environs respectent le drapeau de plongée, on peut donc y descendre en toute confiance.

Le Gaskin repose à une profondeur de 20 m (60 pieds). La température est assez confortable et la visibilité varie souvent avec les vents et la pluie de 2 à 3,5 mètres (6 à 13 pieds) ce qui est la norme dans cette partie du fleuve. Le site est bien identifié par une bouée jaune, visible du large lorsqu'il n'y a pas de houle à la surface.

L'épave est encore en assez bon état malgré les dégâts causés par l'accident qui l'a fait sombrer. On trouve de belles poutres en bois massif recouvertes d'algues et de sédiments accumulés depuis plus d'un siècle. Il y a des maillons de chaînes rouillées éparpillés ici et là sur le pont. Avec le fouillis qui y règne, on peut facilement imaginer la violence de l'impact. Les cales sont dépourvues d'obstacles, on peut donc y pénétrer sans crainte de demeurer coincé. À l'intérieur, on trouve plusieurs barils et d'autres accessoires du genre. La présence de sédiment incite à palmer avec précaution pour ne pas trop déplacer la vase qui réduit la visibilité déjà limitée.

Partout on peut constater les dommages causés par l'accident. À l'époque, on disait du Gaskin qu'il était le plus beau bateau du fleuve. Avec l'âge, il a connu le même sort que beaucoup de navires transformés en bateau de transport de marchandises. En suivant le chemin du désastre, on arrive à sa poupe où se trouve un grand trou témoignant du naufrage. Les mâts ont été arrachés plus tard par les glaces puis dynamités pour éviter que d'autres embarcations ne les heurtent.

L'histoire du Gaskin est plutôt intéressante. Il a connu plusieurs incidents durant ses premières années de navigation. Durant les dernières années, ses trajets routiniers se sont déroulés sans problèmes jusqu'au 18 septembre 1889 où le ponton d'une barque qui travaillait à côté s'est détaché et a heurté violemment sa coque, déjà affaiblie par l'âge. Il avait été construit en 1863 et appartenait à Mme Élisabeth Gaskin qui le nomma ainsi en l'honneur de son époux, Robert.

L'épave a été oubliée jusqu'à ce que des plongeurs d'Ottawa en découvrent l'existence le 27 avril 1980. Depuis, plusieurs groupes de plongeurs se sont rendus sur le site. Les écoles y font des certifications et les clubs et les boutiques y organisent des journées de plongée en profitant des installations du parc pour faire un pique-nique. Il constitue donc un excellent site pour une plongée de loisir.

"Plongez pour le plaisir, non pour détruire"; les épaves font partie de notre héritage marin, de notre histoire et tous les efforts doivent être faits afin de les préserver.

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  04 December, 2005