Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

  


Un super site faune et flore
Le Récif du Grenadier

par Tristan Léonard,
agent de développement en plongée (A.D.P.)

Revue LA PLONGÉE
Volume X, No. 6, Juin / Juillet 1983

 

En 1980, une quarantaine de plongeurs du Comité de Développement de l'Accessibilité au Territoire (EAU-RAGE) se sont rencontrés à plusieurs reprises dans les campings adjacents au magnifique lac St-François situé à la limite du Québec, de l'Ontario et de l'état de New York. Un important rapport portant sur plus de 35 sites de plongée différents résulta de cet effort bénévole. Parmi tous ces sites celui de l'île du Grenadier, près de Port-Lewis, réunit plusieurs des atouts de ce merveilleux lac à plonger.

LE POUMON DU ST-LAURENT

Le lac St-François n'est en fait qu'un élargissement du fleuve St-Laurent. Immense bassin de 200 km2, il est traversé d'un bout à l'autre sur 40 km par le chenal de la Voie Maritime du St-Laurent. Sa profondeur moyenne, variant de 4,5 à 10 m, en fait un site intéressant pour la plongée autonome, à condition de se tenir à l'écart des zones fréquentées par les gros cargos que rien ne peut dérouter de leur course entre le canal de Beauharnois au nord et les écluses de Cornwall au sud-ouest.

Ce qui est impressionnant dans ce plan d'eau, c'est la visibilité. Par temps calme, elle dépasse les 10 mètres! atteignant parfois les 15 mètres dans des secteurs bien protégés. Seuls les secteurs de la Baie des Brises et de St-Zotique semblent plus opaques.

Les innombrables herbiers qui entourent le lac oxygènent les eaux alcalines en provenance du lac Ontario. Avec des teneurs de 8 à 9 mg/litre d'oxygène, des pH aux alentours de 8, et des températures estivales au dessus des 70° F, ces eaux limpides sont un véritable héritage naturel que nous laisse admirer notre grand fleuve.

LE RÉCIF DU GRENADIER

À moins de 4 ou 5 km du camping et du quai de Port-Lewis, gît un haut-fond signalé sur les cartes marines sous le nom de "the LUMP". Là, à moins de 300 mètres de l'Île du Grenadier, le plongeur apnée et/ou autonome fera la découverte d'une véritable jungle subaquatique. Toute la gamme des plantes d'eau douce est présente et les poissons sont partout !

Indiqué par quelques piquets et balises de fortune laissés là pour avertir pécheurs et amateurs de voile des risques d'échoueries, le récif du Grenadier est une bosse rocheuse qui affleure jusqu'à moins de 30 cm de la surface à plus ou moins 1 km au nord de la marina de l'île Raymond.

En plein milieu du lac, il suffit d'ancrer solidement et de glisser à l'eau. Le fond est dur et recouvert de million de coquilles de limnées blanchies par l'abrasion des vagues. Le sable soulevé par vos palmes retombe aussitôt au fond comme celui des mers de corail !

En quelques coups de palmes, on s'éloigne de ce button rocheux pour survoler une forêt de cératophylles, d'élodées (Anacharis) et de myriophylles de 2 à 3 mètres de hauteur! Ça et là des murs d'algues séparent des clairières sous-marines de quelque 20 à 30 mètres carrés où cohabitent des dizaines d'espèces différentes de poissons.

PLUS DE POISSONS QU'EN MER !

Si les biologistes évaluent à 45 le nombre d'espèces de poissons présents dans le lac St-François, il sera facile de soutenir que la plupart se sont données rendez-vous au Récif du Grenadier! En une seule plongée. c'est par centaines que vous compterez les membres de cette faune ichtyenne.

Attention ! il ne s'agit pas que de menu fretin! Une de nos plongeuses s'est précipitée à bord de son pneumatique après avoir été surprise par un monstre de près de 2 mètres de longueur (hum! la surprise grossit encore plus que la distorsion sous-marine...). Il fut impossible d'obtenir une description claire du "méné" en question mais au cours de cette plongée quelques maskinongés et brochets de plus d'un mètre furent observés par plusieurs plongeurs. De plus des lépisostés et des esturgeons fréquentent ces eaux. Et si cela ne suffit pas à vous convaincre, nous renchérissons en vous dévoilant que plusieurs grosses "mémères" de la gent "doré" furent aperçues en plongée scuba sur le versant nord du récif dans 7 à 8 mètres de profondeur !

Pour ce qui est du menu fretin. imaginez-vous environnés de crapets de roche, d'achigans (à grande et à petite bouche s.v.p.!), de crapets soleil, de calicots et "d'oreilles bleues" (de véritables "blue gills"), incroyable n'est-ce pas! Alors retournez-vous et voilà un banc de grosses perchaudes! Regardez au fond entre les algues et voilà de nonchalantes barbottes... contournez ce mur de potamogetons et surprenez un groupe de dards, de logue-perches ou un moxostome (carpe à cochon).

Jamais nous n'avions vu autant de poissons dans un même endroit. Mais le clou de ces plongées du mois d'août fut l'observation des anguilles.

LES ANGUILLES DU ST-FRANÇOIS

Autant ces poissons-serpents sont repoussants en surface, autant ils sont gracieux et intéressants lorsqu'observés en plongée. Encore là, il s'agit d'un grand nombre de spécimens, tous ayant près d'un mètre d'envergure, qui fréquentent ces grands herbiers. Accrochées aux "branches" des Alismacées et des Utricularias, elles sommeillent en attendant une quelconque victime.

Approchez-vous et touchez en une! Sans blague, c'est facile! et vlan! rapide comme l'éclair. l'anguille s'enfuit fonçant tête première dans une touffe d'herbage.

PHOTOGRAPHIE ET PLONGÉE D'OBSERVATION

Le Récif du Grenadier est un site facile d'accès pour qui possède ou loue une embarcation (autour du lac, il y a une vingtaine de pourvoyeurs de pêche qui font la location de chaloupes). Situé à moins de 70 km de Montréal, à 10 km au sud de Valleyfield, ce site de plongée est idéal pour la tenue de stages ou de plongée d'observation. L'endroit est propice à l'étude détaillée de la flore, de la faune, de la succession des espèces (profondeur).

Grâce à la plongée autonome (avec des profondeurs atteignant les 6 à 7 mètres sur fonds durs), le site est magnifique pour la tenue d'un safari-photo sous-marin.

Avec un peu de patience, il serait possible d'y installer, dans environ 4 mètres d'eau, sur fond de coquillages, un véritable plateau de tournage subaquatique.

PLONGÉE DE NUIT ET PLONGÉE DE COURANT

Pour s'assurer que notre analyse de ce merveilleux récif n'était pas le fait du hasard, plusieurs autres plongées furent menées sur le site. Plongées de nuit, plongées de jour en 1981 et 1982, plongées en juin puis en septembre. Le site est demeuré constant. Il est à noter toutefois qu'en juin il semble moins peuplé du fait de la plus faible couverture végétale. En effet, ce n'est que vers le mois de juillet que la flore sous-marine québécoise atteint sa maturité.

En plongée de nuit, le Récif du Grenadier offre un paysage différent et une faune plus simplifiée.

Rappelons que la position du site, au large, oblige à certaines précautions s'apparentant à la plongée de courants. Ainsi un bon ancrage, la présence de vigies à bord des embarcations et l'usage des lignes de rappel (current lines) s'imposent.

CONNAÎTRE LE FLEUVE 1980

Le Récif du Grenadier, l'île Cormier, l'île Vassale, les Hauts-Fonds de St-Anicet, le phare D-27 et bien d'autres lieux de plongées du St-François font partie d'un important recueil d'inventaires colligés en 1980 par un groupe de plongeurs dirigés par M. Robert Vandal. directeur du projet "Connaître le Fleuve 1980" du C.D.A.T. de la Fédération.

Tous ces rapports, fiches et cartes annotées s'ajouteront un jour à la brochure Montréal-Rive Sud (Montérégie) du Guide du Québec Sous-Marin OPÉRATION EAU-RAGE. En attendant, le Récif du Grenadier constituera une destination facile de plongée pour qui est attiré par l'eau chaude, par de bonnes visibilités et par l'abondance de la faune et de la flore.

Bienvenue dans un des sites de plongée les plus sous-estimés de la province: le lac St-François.

 

Mangeau, Jean-René. 1979. Recensement des Poissons du Lac Saint-François, Rapport technique No-06-25. Service de l'Aménagement et de I'Exploitation de la Faune. MLCP. Québec. 125 pages

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  22 juin, 2009