Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

  


 MEMPHRÉMAGOG
dans l'antre du monstre

Texte et photos Christiane FOURNIER

Revue LA PLONGÉE, Volume 17, No. 4, Août 1990

 

J'ai toujours adoré les légendes et celle qui est reliée au lac Memphrémagog est enveloppée d'un parfum de mystère qui m'attire tout particulièrement. On raconte que les peuplades indiennes, vivant jadis près des berges de celui-ci, évitaient rigoureusement de s'y baigner. Elles croyaient que le lac abritait un serpent de mer gigantesque qui se nourrissait des baigneurs imprudents. Les indiens le baptisèrent Anaconda.

Cette légende, qui fera sans doute sourire quelques sceptiques, me laisse rêveuse. Certaines parties du lac sont tellement profondes qu'elles se prêtent aisément aux hypothèses les plus fantaisistes... comme celle de l'existence d'un monstre marin.

Je dois avouer que c'est la curiosité qui m'a fait choisir le lac Memphrémagog comme premier sujet de reportage. Destination: Georgeville. N'eût été des voitures récentes, je me serais crue revenue cent ans en arrière. Magasin général, vieux quai... bref, c'est au beau milieu de ce décor du passé que j'ai repéré le Centre de Plongée Memphré, où m'attendait Richard Thouin, son propriétaire. Après nous être entendus sur le choix d'un site, nous nous dirigeâmes vers le ponton de la base où s'affairait Paul, celui qui allait me servir de guide pour cette première plongée. Notre objectif: l'exploration d'une falaise particulièrement pittoresque, située entre Georgeville et la baie Macpherson.

Dès notre entrée à l'eau, nous amorçons la descente le long du câblot de l'ancre. Dans l'eau froide et brouillée, je distingue à peine la silhouette furtive de mon compagnon. À 30 pieds, nous atteignons un premier palier recouvert de sédiments qui constitue, en fait, la première marche d'un gigantesque escalier. Nous allumons nos lampes et entreprenons de descendre le long de la paroi rocheuse. L'eau s'éclaircit et peu à peu, nous distinguons les formes constituant le décor dans lequel nous évoluons: vallons, reliefs aux angles arrondis par l'érosion, failles d'où surgit, de temps à autre, un achigan surpris.

À 60 pieds, nous atteignons un second palier, beaucoup plus étroit que le précédent. Mon copain me signale que tout va bien et nous poursuivons notre "descente aux enfers". En dehors de l'îlot créé par notre éclairage artificiel, c'est l'obscurité totale, Un coup d'oeil rapide à mon profondimètre m'indique que nous nous trouvons maintenant à 74 pieds. J'ajoute un peu d'air à ma combinaison étanche afin de "compenser" la sensation de pression qui s'empare de moi. Tout autour, le paysage est grandiose, l'eau a sculpté le roc en lui donnant les formes les plus excentriques: dentelles, fissures, cratères, surplombs et escarpements. Cet environnement désolé n'est pas sans rappeler la surface lunaire... Nous planons littéralement dans cet univers étrange avec, comme seule musique, le son de nos bulles. C'est à ce moment que je dirige le faisceau de ma lampe vers le fond; envahie par une vague appréhension, j'entend mon coeur battre la chamade... je viens d'apercevoir, au dessous de nous, l'ouverture béante d'un gouffre sans fin... aurions-nous découvert les portes de l'antre d'Anaconda ?

Âmes sensibles, rassurez-vous! Nous sommes sortis indemnes de l'aventure; je suis même retournée plonger avec Michel, un autre copain. sur un haut-fond poissonneux en fin d'après-midi L'imposante étendue du Lac Memphrémagog recèle un très grand nombre de sites, aussi intéressants que variés, permettant différents types de plongées: de falaise, de formation rocheuse, de faune aquatique et, pourquoi pas, de "trouvailles". Opérant le Centre de Plongée Memphré depuis déjà un certain temps, Richard Thouin connaît bien "son lac". Il y organise quotidiennement des excursions de plongée pour les groupes et transporte les plongeurs aux différents sites à bord d'un confortable ponton de 20 pieds. Grâce aux nombreux surplombs se trouvant à des profondeurs variables, les plongeurs de tous niveaux peuvent y trouver "leur compte". De plus, la majorité des sites sont à 20 minutes de bateau, au maximum.

Tant à ses adeptes qu'aux visiteurs, le Centre de Plongée Memphré offre les services suivants: cours de plongée (élémentaire à certifiant), excursions de plongées guidées, location et réparation d'équipement, station d'air (compresseur 10 CFM), etc.,. Facile d'accès. le centre est situé près du quai municipal où se trouve également la rampe de mise à l'eau. Un stationnement ainsi qu'un grand parc complètent le tout. On peut aussi trouver, à proximité, de nombreux restaurants ainsi qu'une auberge. Ceux qui ont envie de se payer "un bon p'tit souper", peuvent se rendre à Magog, qui n'est qu'à 15 km de la base.

Pour se rendre à Georgeville, rien de plus facile: sortie 118 de l'autoroute 10. En fait, la ville se situe à proximité de Magog et de l'abbaye St-Benoît du Lac.

Il y a deux ans environ, un bulletin télévisé diffusa un témoignage pour le moins inusité: celui de personnes déclarant avoir aperçu, à quelques reprises, une forme gigantesque émergeant du lac. comme pour y prendre une dernière bouffée d'air, sous le soleil couchant,.. Serions-nous en train de revivre la légende d'Anaconda ?

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  22 juin, 2009