Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

  


LE CLUB DU MOIS

ALLO !  À L'EAU... voilà
LES MASQUINONDÉS
de la Montérégie

Revue LA PLONGÉE, Volume 16, No. 3, Juin 1989

 

Secteur ouest, rive-sud de Montréal. Un groupe de plongeurs de Châteauguay, St-Rémi, St-lsidore, St-Michel, Ste-Clotilde, Mercier. Ste-Martine, etc (toute la région, quoi !) se posent quelques questions:

  • Que fait-on maintenant que les cours sont terminés ?
  • Où trouver un copain de plongée ?
  • Où plonger ?
  • Eh! que fait-on avec nos familles ? Nos enfants ? Nos "blondes et nos chums" ?

Quelques amis répondent à ces questions en formant les MASQUINONDÉS en automne '87.

Les buts du groupe:

  • plonger
  • se divertir en famille
  • visiter de nouveaux sites
  • avoir une vie de groupe active
  • promouvoir la plongée au Québec
  • opter vers la récréation plutôt que la formation

Activités:

En 1988, elles ont débuté par notre participation au Salon Nautique pour représenter la F.Q.A.S., suivi de notre implication lors de l'organisation de l'événement de la Grenouille en Fête à Chambly. À cela s'est ajouté une vaste gamme d'événements variés tel que:

  • plongée sous-glace
  • camping de groupe familial
  • chasse aux trésors
  • plongée de nuit
  • apnée, voyage à ForilIon en Gaspésie
  • épluchette de blé d'inde
  • coulée de plomb
  • Noél des plongeurs

De septembre à mai, les Masquinondés se regroupent lors d'activités en piscine tous les vendredis soirs, suivi d'une rencontre sociale dans un restaurant avoisinant. À tous les mois, une soirée de pratique-piscine est consacrée à la bambinerie du club: la plongée parents-enfants est un succès.

En 1989, le même scénario que 1988 se présente avec le Salon Nautique et la Grenouille de Chambly, suivi de l'incorporation du club.

Conseil d'administration

Président :
Vice-président :
Secrétaire-trésorier :

André Lécuyer
Maurice Gagnon
John Sztuka

 

VIVRE AVEC LES POISSONS...

par Alain Pépin, vice-président

Revue LA PLONGÉE, Volume 18, No. 1, Février 1991

Lorsque j'ai commencé à plonger en 1988, ce n'était qu'en tant que loisir, sport, divertissement, prenez-le comme vous voulez! Cependant, la plongée devint rapidement beaucoup plus qu'un exercice physique. J'ai satisfait ma curiosité à savoir ce qui traîne au fond de nos lacs et rivières, mais j'ai aussi pris connaissance de ce qui y vivait.

Il y a des poissons. Beaucoup de poissons! Le Richelieu en regorge. Les perchaudes et les crapet-soleils sont les premiers à accueillir les plongeurs. Les brochets et les achigans sont plus distants, plus indifférents, et la nuit j'ai observé les curieuses barbottes, qui me semblent avoir un sérieux handicap visuel, et aussi les anguilles qui se faufilent dans les entrailles des épaves et sous les roches.

Rares sont les fois où je n'ai pas offert une moule à un banc de perchaudes. Au printemps, elles sont timides. Ça peut prendre une demi-heure avant que le plus petit poisson gobe sa première grosse bouchée. Alors, la meute entre en action et lui retire farouchement sa prise. Le,' té, ils attendent les plongeurs, ils savent commander un repas, leurs petits yeux sur le masque, puis le couteau. On comprend vite !

Je suis déjà allé à des plongées de nuit, sac en main. Un copain aveugle le poisson avec sa lampe de plongée. L'autre ouvre le sac, et le but est de pouvoir ramener le plus de poissons et/ou le plus gros sur le bateau. Les bêtes sont mesurées, comptées puis relâchées proprement et en douceur. Et la fête continue !

Cette année, les Masquinondés on organisé une pêche sous-marine, en plein jour, armés de cannes à pêche et de vers de terre. Comment nos poissons du Richelieu réagiront-ils? Essayons... Faisant équipe à trois, je traîne mes vers dans un petit bocal, un copain traîne le drapeau et l'autre le "Pocket Fisherman" qu'il a reçu à Noël. Nous changerons les rôles pendant la plongée.

Petit achigan me regarde puis regarde l'hameçon et le ver. Pas intéressé. "'Pour qui me prends-tu?" Petit crapet veut le petit plomb. Il le goûte, le tient dans sa bouche, monte et l'échappe. Il reste là. Nous lui passons le ver sous le museau, mais il ne veut que la pesée de plomb. Quelques-uns ont mordu selon la tradition: crapets et perchaudes comme d'habitude! Un brochet se jette sur une perchaude. Méchant prédateur! Nous nous sommes attardés sur un banc de crapets. Le "goûteur" du groupe s'est mis ver et hameçon à la bouche et l'a lâché dix fois, comme s'il "essayait pour voir". Ici, c'est le pêcheur qui doit tirer sa ligne au bon moment. Ce poisson a du talent. Une heure et demie à trente pieds, c'est assez! Nous avons regagné le ponton de "Béchard Sports" et comparé nos prises. Celui-là mesure deux paquets de cigarettes de long, c'est le gagnant. (Qui a oublié le ruban à mesurer?) On distribue les "prix" et on fait un pique-nique. C'était une belle plongée, ce 23 septembre 1990.

Les Masquinondés de la Montérégie
45 Viau, C.P. 1299
SI-Rémi, P.Q
J0L 2L0

Téléphone: (514) 454-6244 ou 454-6070

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  04 février, 2006