Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

  


À LA RECHERCHE
DES CONCOMBRES DE MER

Texte et photos de Paul L. Janosi

Revue LA PLONGÉE
Volume 10, No. 11-12, Novembre / Décembre 1983

 

C'est au cours du mois de février dernier que j'ai franchi en treize heures d'automobile la distance séparant Toronto, Ont. de cette petite anse située juste au sud du village de Les Escoumins, Québec. J'avais choisi cette période de .l'année parce que les visibilités y sont les meilleures dans le St-Laurent. Mon intention était de consacrer toute une fin de semaine à la plongée. Toutefois, au moment où je me suis retrouvé sur la rive, dans une combinaison isothermique d'un quart de pouce, j'ai eu quelques remords.

 

Bien que l'eau de mer ne gèle qu'à 28°F, je pouvais voir plusieurs blocs de glace se déplaçant à la surface de cette eau où je me proposais d'entrer. Mais ce n'était pas un peu de glace qui allait arrêter un plongeur consciencieux doublé d'un photographe "dévoué". J'ai donc "fait le saut"... Le choc de l'eau glaciale fut un vrai supplice! Après quelques minutes d'acclimatation, je me suis enfoncé jusqu'à 6 ou 7 mètres (20 pieds). À cette profondeur, l'eau était aussi claire que du cristal. Presque aussitôt, un objet orange vif qui ondulait accroché au mur que je côtoyais attira mon attention. En m'approchant pour mieux voir, j'ai découvert cet être curieux qu'est le concombre de mer. En observant cette créature colorée, j'ai pris conscience qu'il y avait des concombres de mer tout autour de moi, chacun suivant son rituel alimentaire. À partir du moment où j'ai commencé à photographier cet être bizarre et magnifique, j'ai complètement oublié les effets de l'eau glacée me remémorant l'époque où j'avais étudié les concombres de mer au cours de mes études en Biologie à l'Université Concordia de Montréal.

UN COUSIN DE L'ÉTOILE DE MER

Le concombre de mer appartient au même groupe animal que les oursins, les étoiles de mer, les "feather stars", les "sea lilies" et les "Basket stars". Le corps de la plupart est élastique possédant une peau externe d'apparence caoutchoutée. Sa forme générale peut varier entre une simili-sphère jusqu'à une forme allongée ressemblant à un vers.

Vivant presque partout depuis la zone intertidale jusqu'à de grandes profondeurs, ils varient en couleurs depuis le brun et le noir jusqu'au vert olive. Toutefois, certains spécimens sont roses, oranges ou même violets.

Les grosseurs sont variables. Les plus petites espèces dépassent à peine 3 cm alors que les plus grandes pourront atteindre un mètre. La plupart sont élastiques possédant une gaines, telle le CUCUMARIA qui varie de 10 à 30 cm de longueur.

LEUR NUTRITION

Les concombres de mer se traînent lentement sur le fond de la mer ou s'enfouissent sous la vase ou le sable laissant seulement l'extrémité de leur corps exposée à l'eau libre. La bouche est située à cette extrémité et est entourée de 10 à 30 tentacules particulièrement rétractiles. Tout cet appareil buccal, orifice et tentacules peut être rétracté complètement en le recouvrant des parois abdominales adjacentes. La forme de ces tentacules varie ; certaines sont longues et fortement panachées, d'autres sont courtes et digitiformes.

Ces créatures sont surtout des consommateurs de sédiments ou de matière en suspension. Certaines, tel le CUCUMARIA, étirent leurs tentacules ramifiées balayant le fond où les laissant flotter dans l'eau de mer. De quelque façon que ce soit, le mucus recouvrant la surface tentaculaire fixe la matière organique. J'ai pu observer la façon d'une précision presque mécanique par laquelle le concombre porte à sa bouche les tentacules une à une. Après avoir gobé les particules recouvrant le mucus, le concombre retire la tentacule, en rappelle une autre et ainsi de suite sans arrêt. À l'image d'une personne qui se lèche les doigts après un repas de poulet frit, l'animal maintient une séquence circulaire sans sauter un seul membre.

Des études portant sur les concombres filtreurs de matériaux en suspension ont révélé que le mucus provient du pharynx. Un concombre de mer peut consommer jusqu'à 50 kilos de matière vivante microscopique en un an.

L'AUTO-ÉVICÉRATION

En temps normal, les concombres éjectent une partie de leurs entrailles afin de dérouter un prédateur. Chez certaines espèces, cette manœuvre expulse l'un ou les deux systèmes respiratoires, le tube digestif et les organes reproducteurs. Parmi d'autres espèces, ce ne sera que la partie avant du corps incluant les tentacules, le pharynx et les organes qui y sont associés qui sont rejetés. Ce phénomène qu'on désigne sous le vocable d'auto-éviscération n'affaiblit en rien l'animal qui peut régénérer ces organes en moins de quelques semaines.

LA REPRODUCTION

Chez les concombres de mer, les sexes sont séparés. Alors que plusieurs disséminent leurs œufs ou leur laitance en eau libre, d'autres conservent leurs œufs sur ou à l'intérieur de leur corps.

Dans certains pays, la peau de certains concombres de mer est consommée tel un fruit de mer. Bouillie puis séchée au soleil on en obtient le Tkepang ou "bêche de mer" dont les orientaux sont friands.

UN WEEK-END BIEN REMPLI

Juste à ce moment alors que je voulais avancer mon film pour une autre photo, je me suis rendu compte que j'étais déjà rendu au bout du rouleau. Aussitôt, ce retour à la réalité s'accompagna de la déplaisante emprise du froid. J'ai alors jeté un coup d'œil à ma montre : seulement 30 minutes s'étaient écoulées mais sans pellicule il ne servait plus à rien de persister. Rapidement je suis sorti de l'eau et je me suis engouffré dans la camionnette chauffée pour m'y dégeler et partager mon expérience avec mes copains de plongée. Au cours de cette fin de semaine, malgré le froid glacial de l'eau, j'ai pu enregistrer 5 autres plongées d'une demi-heure chacune pour photographier les merveilles du Golfe St-Laurent.

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  19 janvier, 2003

Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  04 December, 2005