Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

  


CARABOBO

par Yves Racicot

Revue LA PLONGÉE
Volume 11, No. 3, Juillet / Août 1984

 

Mais d'où sort donc cette épave de la Baie de Gaspé au nom évocateur de sensations douloureuses?

Voici donc l'histoire de ce monument conçu pour défier le principe d'Archimède. La mémoire étant une faculté qui oublie, il existe probablement autant de versions que d'autochtones prêts à vous raconter son naufrage. La version la plus vraisemblable se veut comme suit: Bateau de guerre américain, n'ayant jamais guerroyé, conçue Dieu sait quand comme cargo, puis transformé pour la guerre en transport de défenseur de la patrie.

Il a été par la suite vendu en décembre 1945 au Venezuela, un équipage canadien devait le conduire à son futur port d'attache. En cours de route, une violente tempête le força à rentrer dans la Baie de Gaspé pour se mettre à l'abri. Dans la Baie du Cap aux Os le récif "Seal Rock" lui fait un accueil chaleureux. Devant cette étreinte Si violente, le navire décide d'y rester. C'en est fait du Carabobo.

Avec la prise des glaces, le temps des fêtes et les besoins de la population locale, le bateau devient la poche du Père Noël pour se transformer par la suite en magasin général libre service.

Quelques années plus tard, suite à une autre tempête, le Carabobo mit fin à sa relation orageuse avec le Seal Rock pour aller s'échouer dans le sable en face de la plage Cassivi.

L'Outrage des ans poursuivant son oeuvre, il se brise en deux, les glaces le déchiquettent, les vagues l'éparpillent puis viennent les plongeurs qui le pillent.

Dans les années 70, l'inflation aidant, certains plongeurs se mirent en frais de récupérer tout ce qui était récupérable particulièrement le cuivre, la dynamite aidant la nature, il ne resta bientôt plus que la partie arrière qui émergeait de l'eau à marée basse formant une plate-forme d'environ 100 pi2.

On avait encore l'impression malgré tout de plonger sur une épave de bateau.

Avec les tempêtes des dernières années, l'endroit est méconnaissable, cependant, le site est toujours fascinant pour la plongée. La faune y est diversifiée, on y retrouvera homards (laissez-les là), tanches, plies, raies, crabes et étoiles de mer, oursins et moules, homo caoutchoucus, des tôles, des tôles et encore des tôles, attention à vos habits.

Quelques détails: utilisez un bateau avec vigie plutôt que la palme, c'est bien moins fatigant et plus sécuritaire, les vents et courants sont imprévisibles dans la Baie de Gaspé. Un service d'air est disponible chez Pierre-Paul Lauzon à côté du Marché Cassivi.

Un gros merci à Henri Perry pour sa photo et ses précieux renseignements. Si vous passez par là, allez faire un tour au quai de Grande Grève sur la fin de l'après-midi; les plongeurs y sont appréciés.

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  05 janvier, 2003

Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  04 December, 2005