Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

     


 

Le collectionneur Philippe Beaudry
et les artefacts de l'épave de l'Empress of Ireland

 

LE COURRIER DU SUD
Samedi 22 février 2003

Sauf une intervention rapide du gouvernement du Canada d'ici quelques semaines, la collection de 500 artefacts provenant de l'Empress of lreland appartenant au maître-plongeur Philippe Beaudry; un résident de 57 ans, de l'arrondissement du Vieux-Longueuil, quittera le pays alors qu'un riche collectionneur de la Floride est désireux de l'acquérir au prix de 1,5 M$ américains.

Le permis d’exportation émis par Patrimoine Canada vient en effet à échéance le 20 mars. Le Longueuillois détient 50% des artefacts provenant de l'épave. Il a entre autres en sa possession la cloche de l'Empress, qui vaudrait 1 M$ US, trois pieds de boussoles, trois pieds de roue de gouvernail, de la vaisselle, et divers autres objets de tout acabit.

Répondant aux critères d’intérêt exceptionnel, des pressions ont été menées par un groupe de gens de l'Ouest canadien - où, à Czar, Alberta, résident un demi-million de descendants des naufragés - qui veut que la collection demeure au Canada. Bien que l'évaluation faite pour le gouvernement du Québec frôle les 3 M$, ce dernier n'a montré que peu d'intérêt à sauver la collection jusqu'à maintenant. M. Beaudry est prêt à s'en départir pour un montant de 1,5 M$, et Patrimoine Canada s'est engagé à verser une subvention de 750 000$, à la condition qu'un musée s'en porte acquéreur. Une demande à été acheminée à la ministre Sheila Copps, pour trouver les 750 000$ manquants. M. Beaudry étant originaire de Longueuil, les intéressés veulent sensibiliser la députée bloquiste de Longueuil, Caroline St-Hilaire, afin qu'elle puisse intervenir à Ottawa.

Philippe Beaudry fait de la plongée sous-marine depuis 1967. Dans une courte entrevue téléphonique réalisée la semaine dernière, le plongeur m'a racontée que c'est en 1970 qu'il s'est intéressé à l'Empress of Ireland. « J'avais eu vent qu'un cameraman se rendait faire des prises de vue de l'épave dans le but d'en faire un film. » D'abord intrigué, le plongeur a vite voulu tout savoir sur cette terrible tragédie. Puis, l'idée de fouiller les profondeurs des eaux glaciales du Saint-Laurent à la recherche de vestiges a rapidement fait son chemin.

À l'issue de pas moins de 600 plongées réalisées au terme de 30 années de travail, M. Beaudry a récolté quelque 500 objets des vestiges du bateau qui a sombré en 14 minutes au fond de l'estuaire du Saint-Laurent, le 29 mai 1914, à 2 h du matin. Frappé par le charbonnier norvégien Storstad à la hauteur de Sainte-Luce-sur-Mer; près de Rimouski, le navire a englouti avec lui 1012 personnes. Il s'agit du plus grand naufrage de l'histoire du Canada. Cette tragédie s'avéra plus catastrophique, au niveau des pertes humaines, que celle du Titanic.

« J'ai investi plus de 250 000$ », confie M. Beaudry. J'ai été de toutes les tribunes: des reportages dans Le Figaro et dans de multiples revues spécialisées, fait pas moins de 70 émissions télé, et été conférencier invité partout au Canada, en Europe et aux États-Unis. Je me suis aussi entretenu longuement avec le grand Cousteau père, ainsi qu'avec l'océanographe de renom, Bob Ballard celui-là même qui a découvert le Titanic.» Après avoir prêté une bonne partie de sa collection au Musée de la mer de Pointe-au-Père, M. Beaudry l'a reprise pour des raisons de conservation. Elle est depuis en sécurité dans un entrepôt, et l'endroit, donnons-lui raison, demeure secret.

La collection est toujours en sol Canadien, mais pour combien de temps encore ?

Un vrai « Capitaine Haddock ». C’est la première idée qui nous vient en voyant Philippe Beaudry. Le Figaro l'avait également souligné.

 

Le samedi 28 juillet 2001
Vente d’artéfacts bloquée par le fédéral
Carl Thériault, collaboration spéciale

Le Soleil
Pointe-au-Père

Le vendredi 03 août 2001
Le collectionneur contre-attaque
Carl Thériault, collaboration spéciale

Le Soleil
Rimouski

Le samedi 11 mai 2002
Empress of Ireland: 500 artefacts vendus à un riche Américain
André Duchesne

La Presse

Le lundi 28 octobre 2002
Le collectionneur Philippe Beaudry menace de recourir à l'UNESCO
André Duchesne

La Presse

Le mercredi 24 novembre 2004
Entente à l'amiable pour la propriété de pièces de l'Empress of Ireland
Radio-Canada / Bas Saint-Laurent

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  04 December, 2005