Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

 


La Plongée Technique

par Stéphane Jolicoeur

Depuis quelque temps au Québec, on a vu l'émergence d'une nouvelle forme d'activité sous-marine du nom de plongée technique. Jusqu'à tout récemment condamnée et rejetée par la majorité des agences de plongée récréative, la plongée technique fait maintenant partie intégrante du monde de la plongée sportive.

Historique

Au début des années 70, certains plongeurs de la région de Gainsville (Ginnie Springs), au nord de la Floride ont commencé à explorer les différents réseaux de cavernes de cette région. En raison de l'immensité de ce labyrinthe et de sa grande profondeur, ces plongeurs ont été contraints de développer de nouvelles approches de plongée, des approches beaucoup plus sécuritaires que celles observées lors de la pratique de la plongée traditionnelle. Ainsi, en analysant et en décortiquant les différents rapports d'accidents survenus lors de la pratique de la plongée, ces plongeurs ont implanté des normes et des standards de sécurité plus stricts. De plus, ils out développé de nouvelles technologies en ce qui concerne l'équipement, sa configuration, sa fiabilité et ce afin de minimiser les risques d'accidents. Ils ont aussi mis au point une multitude de nouvelles techniques de maintien et de déplacement plus efficaces, ayant toujours comme objectif premier : accroître la sécurité et l'efficacité. Parallèlement, par la recherche extensive sur les propriétés des gaz comme l'oxygène et de différents gaz inertes comme l'azote, l'hélium, l'argon et le néon, pour ne citer que ceux-ci, certains chercheurs des communautés médicales, militaires et scientifiques ont vu la possibilité d'utiliser différents mélanges gazeux alternatifs à l'air pour la plongée technique et scientifique. 

Dick Rutkowski, le président fondateur du département hyperbarique de la National Oceanic & Atmospheric Administration (N.O.A.A.) a été un des premiers à reconnaître et à encourager l'utilisation des gaz enrichis comme le Nitrox et l'oxygène dans le cadre de la plongée sous-marine. Avec la participation de la communauté de plongeurs de cavernes, M. Rutkowski fonde en 1985, la première association de plongée technique: "International Association of Nitrox and Technical Divers" connue sous le nom de IANTD. Après des années de lutte acharnée contre le conservatisme extrême, la mauvaise presse, la déformation des résultats scientifiques et les motivations politiques et mercantiles des agences de plongée récréative, la communauté de plongée technique a réussi à démystifier et à faire reconnaître les bienfaits de respirer des gaz enrichis comme le Nitrox et l'oxygène dans le cadre d'une utilisation responsable et sécuritaire par une formation adéquate. De plus, les techniques de plongée en caverne mises au point pendant une période de plus de 30 ans sont maintenant reconnues par l'ensemble de la communauté de plongée. La preuve est que les agences de plongée récréative les plus importantes au monde comme PADI et NAUI possèdent maintenant leur propre département de plongée technique.

Définition

La plongée technique est en quelque sorte une extension de la plongée récréative et se définit :

Par son contenu: un contenu où la théorie et les différentes notions sont plus approfondies en ce concerne les propriétés des différents gaz inertes et de l'oxygène. En ce qui concerne la théorie de la décompression, les aspects psychologiques de la plongée profonde, la sécurité sur le plan opérationnel, l'analyse de chacune des causes d'accidents dans la pratique de la plongée technique, le syndrome nerveux des profondeurs, la recompression sous l'eau, les effets des différents groupes de drogues, médicaments et suppléments alimentaires etc..

  • Par ses techniques des techniques de plongée bien spécifiques au niveau des différents types de moyens de propulsion, du maintien du corps afin de permettre un meilleur contrôle et dégazage, des pénétrations à l'aide de moulinets et de leurs différentes attaches, de la localisation et du rôle de chaque plongeur dans une équipe de deux, trois ou quatre plongeurs, de la manipulation d'un parachute de sécurité avec et sans moulinet. De plus, des simulations pour préparer les participants à faire face à toutes les situations d'urgence possibles afin de permettre de développer des automatismes, le contrôle et le maintien de la flottabilité dans toutes les conditions ou situations d'urgence, bref pouvoir manipuler son équipement comme s'il s'agissait du prolongement de son propre corps.

  • Par sa planification: une planification et une gérance des gaz très détaillée. Savoir calculer la quantité de pieds cubes nécessaire, connaître la marge de sécurité prescrite de la quantité de gaz dans différents types d'environnement, savoir effectuer le calcul des contingents dans l'éventualité où certains de nos systèmes seraient défectueux, savoir effectuer le calcul des marges en fonction des différents cubages de chacun des plongeurs de l'équipe et de leur consommation de gaz, calcul des intoxications à l'oxygène du système nerveux central et pulmonaire, calcul des pressions partielles, calcul des équivalences à l'air et narcotiques, calcul du meilleur mélange, calcul de la profondeur maximale en fonction d'un mélange donné, calcul du taux résiduel d'oxygène pour des plongées répétitives etc...

  • Par son équipement: un équipement approprié et de qualité pour le niveau de formation. Différents types de configurations minimalistes basées sur la redondance, l'autosuffisance, la simplicité, l'aspect profilé, le confort et surtout, la sécurité. Chaque pièce d'équipement est judicieusement choisie, positionnée et ajustée pour former un ensemble équilibré, balancé et homogène.

  • Les programmes de formation IANTD comme ceux d'autres associations de plongée technique se divisent en deux parties distinctes: la plongée sportive et la plongée technique. Les programmes de formation sont destinés aux plongeurs qui désirent approfondir leurs connaissances dans la théorie et l'utilisation des mélanges gazeux et obtenir les outils nécessaires en terme de connaissance, d'habilité, de performance, de préparation et d'équipement pour être en mesure de parfaire de façon responsable et sécuritaire des plongées jusqu'à leur niveau de compétence.

Programmes de formation de plongée Sportive*:

  • Plongeur Nitrox: mélange plus sécuritaire que l'air (2 plongées)

  • Plongeur Deep Air: introduction à la plongée technique qui nécessite entre autre une source d'air alternative ou indépendante (4 - 6 plongées)

  • Plongeur Nitrox Avancé: 6 plongées de décompression qui nécessitent entre autre l'utilisation d'une valve H ou d'un double munie d'une valve isolatrice et un cylindre de gaz de décompression.
  • Plongeur de pénétration d'épaves ou de grottes et plongeur d'introduction aux cavernes.
  • Plongeur "Rebreather"

* limite de profondeur permise de ces programmes est de 130 pieds (40 mètres).

Programmes de formation de Plongée Technique **

  • Plongeur Technique: 6 plongées de décompression sur Nitrox ou Air. Décompression à l'oxygène pur.
  • Plongeur Trimix Norrnoxic : 6 plongées de décompression dont 3 sur des mélanges Trimix (hélium- azote-oxygène). Décompression à l'oxygène pur.
  • Plongeur Trimix: 4 plongées Trimix jusqu'à concurrence de 26opieds(80 mètres).
  • Programmes de pénétration technique d'épaves (Technical Wreck) et de cavernes (FulI Cave).
  • Programmes de formation des différents "rebreather" comme Cis-lunar, Halcyon, Cochran et Drâger.

** Il est recommandé aux plongeurs de faire entre 30-40 plongées avant d'accéder aux programmes de formation de niveau supérieurs.

La Plongée Technique se définit donc de la façon suivante:

  • Plongées exigeant la nécessité d'effectuer des paliers de décompression.
  • Plongées effectuées sur des mélanges gazeux alternatifs autres que l'air (Hélium, oxygène, azote, néon ou mélanges enrichis Nitrox (EANx) qui nécessitent de faire des paliers de décompression sur des mélanges enrichis : azote-oxygène, hélium-oxygène etlou oxygène pur).
  • Plongées effectuées dans un environnement n'offrant pas d'accès direct à la surface ( pénétration de cavernes, pénétration d'épaves ou paliers de décompression).
  • Plongées qui dépassent le cadre et les limites de profondeur de la plongée récréative (130 pieds / 40 mètres).

Peu importe le niveau de formation d'un plongeur, récréatif, commercial ou militaire, la plongée technique peut être un apport important aux connaissances qu'il a déjà acquises. La perception sur la plongée a changé pour tous ceux qui ont eu l'occasion de suivre un ou plusieurs programmes de formation en plongée technique. Lorsque pratiquée de façon responsable, selon les règles de l'art et lorsque cette formation est acquise au sein d'une organisation reconnue avec des moniteurs compétents, la plongée technique devient une activité beaucoup plus sécuritaire que la plongée récréative dans le cadre des limites de profondeurs de cette dernière.

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  18 octobre, 2009