Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

 


 

GROSSE JOURNÉE
AU LAC MEMPHRÉMAGOG

 

 

 

Magog (Québec)
Samedi le 2 août  2003

 

En plus des plongées Samedi/Memphré de Georgeville sous la responsabilité de PYN, les Diables étaient présents à la 25ième Traversée Internationale du lac Memphrémagog

Y étaient :

1) Avec leur bateau: pour surveiller les nageurs et accompagner l'organisation :

  • Réjean Roy, et sa copine (oups, j'oublie le nom!) sur le bateau « Escorte »
  • Paul Laramée, accompagné de Serge et Monick Boudreau sur le bateau « Position »
  • Marcel Jacques et Céline sur le bateau « Officiel »
  • Jean-François Blard sur le bateau pneumatique de Alain St-Marseilles

2) À la conduite du Louisa: Jacques Richer et Daniel Latulippe s'occupaient des VIP et des journalistes. En plus, ils escortaient les familles des nageurs pour leur permettre de voir évoluer leurs athlètes.

3) Dans les chaloupes accompagnant les nageurs:

Jean-Philippe, le grand garçon de Réjean, (mieux connu sous le nom de fiston) pilotait la chaloupe # 9

Stéphane Hardy accompagnait une nageuse des Pays-Bas, Irene Van Der Laan, dans la chaloupe # 13. Une mention spéciale pour Stéphane puisque sa nageuse était en fin de peloton et qu'il a dû demeurer à son poste de pilotage et être incommodé par les gaz d’‘échappement du moteur pour une durée de près de 11 heures. Bravo à lui !

Ces deux derniers étaient sur le site depuis 4h00 pour se rendre d'abord à Newport prendre possession de leur chaloupe, et partir vers 7h00 avec l'entraîneur des nageurs pour faire 10 heures de put-put-put assis dans le fond d'une chaloupe au banc dure. C'est bon pour les fesses.

4) Paul Crépeau à l'arrivée des nageurs, supposément pour aider les nageurs mais en réalité, pour être bien certain que toute personne qui regardera un bulletin de nouvelles ce soir voit le nouveau t-shirt des Diables. C'est le même qu'on a depuis le début de la saison mais avec un ajout dans le dos: un immense écusson des Diables. Soyez certain que c'est ce qu'on vu les journalistes et caméraman tout l'après-midi parce qu'avant de voir le nageur mettre sa main sur la ligne d'arrivée, il voyait son dos en gros plan. Bref, on a eu beaucoup "d'exposure" aujourd'hui.

 

 

 

 

 

 

 

Jean-François Blard, accompagné de Alain St-Marseilles et de son pneumatique de 7.3m assurait la sécurité des nageurs. Ceux-ci devaient assurer leur présence à tous les nageurs pour permettre une évacuation rapide en cas d’incident ou de malaise. Faut dire que l’immense embarcation d’Alain, avec ses deux moteurs de 90 HP, attirait les regards de tous les mordus d’excursions en mer…

Pour ma part, j’étais présent dans le bateau « Position » avec Paul Laramée. Notre tâche consistait à fournir la position des nageurs à toutes les heures aux officiels de la course. Une tâche qui s’annonçait assez simple en début de journée et qui devenait de plus en plus laborieuse au fur et à mesure que l’écart entre la tête du peloton et du dernier nageur devenait de plus en plus grande, jusqu’à 8 kilomètres vin la fin de la course. Si bien que nous avions de la peine à tenir l’horaire de nos reportages, compte tenu des ravitaillements en essence qui devaient se faire à Magog. Heureusement que l’embarcation de Paul était munie d’un moteur de 175 HP qui nous permettait des allez-retour très rapides. Nos parcours horaires de la tête à la fin du peloton nous permettaient de saluer et d’encourager les autres participants du club, dont Stéphane et sa nageuse des Pays Bas…en plus de croiser le pneumatique d’Alain qui faisait l’envie de Paul… (ce dernier n’a pu s’empêcher d’y faire une petite balade..).

Tous les membres du bateau « Position » ont bien aimé leur expérience et compte bien récidiver l’an prochain.

Ils ont du mérite ces nageurs-nageuses. Vingt d'entres eux se sont jetés à l'eau ce matin dans la baie de Newport à 7h00 pour se taper un petit 40 km à la nage. Le gagnant, Petar Stoychev, est sorti de l'eau à 15h21, et en en grande forme en plus de ça (…y parait que c'est le lendemain que ça fait mal). La première femme est sortie une heure plus tard. Le 20ième et dernier compétiteur est sorti quant à lui plus de 12 heures après le départ. Mais il n'y a eu aucun abandon, ni aucune évacuation pour des raisons médicales. Et nos québécois et québécoises nous ont fait honneur.

Faut dire que les conditions étaient presque idéales: pas de vagues, pas de vent, et un ciel un peu couvert. Bref, une belle journée où on a vu de grands athlètes se donner entièrement pour la passion de leur sport. Et des Diables qui étaient là pour les accompagner plus ou moins discrètement.

Sommes toutes, ce fut une belle journée de plein air pour tous les participants et une belle promotion pour le club devant les adeptes et résidents du lac Memphrémagog. C’était une belle occasion de découvrir toutes les beautés entourant ce beau grand lac et de voir les nageurs évoluer au-dessus de nos sites de plongée préférés depuis la falaise de l’île Molson jusqu’aux Hauts-fonds Merriman, en passant par les falaises McPherson, Mélissa, Annie, Nathalie et Richard. Les Diables étaient présents depuis le départ de la course jusqu’à la ligne d’arrivée où notre président sortant assistait tous les nageurs à la pointe Merry, à Magog.

Les organisateurs nous ont franchement remerciés, après leur avoir dit qu'on reviendrait l'an prochain, évidemment.

Et devinez où on a fini la journée: sous la tente des bénévoles à déguster une bonne pizza !

Bravo à tous les participants pour cette mission bien accomplie !

Voir les résultats de la course sur le site de la Traversée :
http://www.traversee-memphremagog.com/resultats_fr.html

Bonnes bulles, en espérant votre participation pour l’an prochain,

Serge A. Boudreau, responsable de l’activité
(Tiré du compte rendu de Paul Crépeau)

 

La Traversée sera de retour en 2004

ALAIN BÉRUBÉ
Le Journal de Sherbrooke, samedi 20 septembre 2003

Les Magogois peuvent se réjouir : la Traversée Internationale du lac Memphrémagog sera bel et bien de retour l’an prochain.

Il y a quelques mois, quelques irréductibles prenaient le pari de relancer l’événement. Mission accomplie, alors qu’on annonce un léger surplus financier pour la 25e édition.

Selon le bilan provisoire présenté mercredi dernier, c'est une somme de 3,981$ qui vient gonfler les coffres de la Traversée. Le quatuor formé de Me Laurent Pelletier (président), Jean-Guy Gingras, Jean-Claude Morin et Nelson Poulin, à quelques mois d'avis, a donc ramené à flots une barque sur le point de couler.

La nouvelle formule, avec une programmation plus près des Magogois et sur dix jours, a donc porté fruit. 
« On estime avoir eu entre 90,000 et 100,000 personnes à la pointe Merry. C'est surprenant mais aussi encourageant, compte tenu que l'intérêt avait baissé depuis quelques années », commente Me Pelletier.

Post-Mortem

La direction de la Traversée en a profité pour identifier les forces et faiblesses de la 25e édition. Parmi les points forts, on identifie l'animation sur le site, le volet culturel - avec notamment le Village Memphré -, les activités sportives ainsi que l’administration et les finances en général.

Comme points plus faibles, il faudra réviser notamment la sécurité, le marketing et le faible nombre de bénévoles.

Pour la 26e édition - qui aura lieu du 30 juillet au 8 août 2004 - , la Traversée a bon espoir que les commanditaires se feront moins timides.

« Avec les difficultés connues au fil des ans, il est normal que plusieurs hésitaient à embarquer avec nous. Maintenant que la preuve est faite que les Magogois tiennent à leur Traversée, les portes s'ouvriront sans doute plus facilement », croit le vice-président Jean-Guy Gingras.

Un autre point encourageant : la présence assurée de huit bénévoles au sein du conseil d'administration pour 2004. « La 26e édition part ainsi sur des bases solides, avec beaucoup plus de temps pour bien nous préparer », indique Me Pelletier.

Et la gratuité ?

Pour sa 25e édition, la Traversée a choisi de présenter une programmation culturelle moins onéreuse et ainsi de n'exiger aucun coût d’entrée.

La gratuité n'est pas nécessairement remise en cause pour 2004, mais l'organisation songe à quelques autres avenues.

« Certaines hypothèses sont à l’étude, dont l’imposition de frais minimes pour les Matins dorés ou les spectacles en soirée. Il est aussi possible que lors du feu d’artifice, on demande 2$ aux spectateurs. Si 20,000 personnes versent ce montant, c’est déjà 40,000$ de plus pour la Traversée », souligne M. Gingras.

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  12 mars, 2006