Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

  


Retour aux Bahamas
à bord du M/V Sea Fever

Semaine du 31 janvier au 6 février 2004

photos numériques : Paul-Yves Noël et Guy Élie

Nous avons eu un voyage mouvementé et intense qui a mis à l'épreuve nos capacités de vivre en groupe, de vivre la promiscuité dans des conditions parfois extrêmes et changeantes.

Je remercie particulièrement les colocataires des chambres à trois qui ont accepté leur sort avec philosophie sans mots dire et sans me maudire... Et notre bon médecin de brousse qui nous a bien dépannés malgré sa grosse grippe.

Le début du voyage en a brassé quelques-uns... Il pleuvait depuis deux jours à Miami, le vent s'était levé pendant la nuit... la mer, un peu comme en 2003, était mauvaise... (vous vous en rappelez ?) La dernière traversée aussi avec ce vent de dos et les vagues de deux mètres et plus... les Gravols étaient à l'honneur !

Mais les derniers jours ont été vraiment spectaculaires de soleil et de rencontres sous-marines. Nous avons même sauté, je l'avoue, quelques plongées pour faire les lézards sur le pont... histoire de revenir avec de la couleur.

Il faut se rappeler notre fulgurante rencontre avec un requin marteau... (que Robert Mainville avait vu à la plongée précédente! Oui Robert, nous en doutions mais il faut bien le dire tu avais bien vu, un requin marteau !!!) Je le vois encore, image à jamais imprimée au fond de mon cerveau... Là, au-dessous de moi, tournant avec une étonnante souplesse sa tête en forme de radar, de gauche à droite... J'en reste encore soufflé !

Je revois Marc-André Labrosse s'élançant à sa suite, dédaignant son stop de sécurité. (nous n'étions pas en décompression) J'entends encore le divemaster hurler à plein poumon dans son détendeur... il a dû consommer tout son air à cet instant précis à souffler des sons informes pour attirer notre attention. Je revois Marcel Jacques, calme, stoïque, super équipé, parfaitement autonome, faire son pallier dans le grand bleu avec son lift... de belles images mémorables.

Je suis certaine que nous revenons tous de cette croisière, meilleurs plongeurs, plus expérimentés... ayant affrontés des plongées courant à des profondeurs assez spectaculaires, entre autre le long de cet abysse incroyable "The Tongue of the Ocean" (les plongeurs du Sea Fever 2003 s'en rappèleront avec nostalgie...). Les courants changeaient parfois de direction et ce pouvait être inquiétant pour certains plongeurs car il fallait toujours rester à l'affût. Mais encore une fois nous avons expérimenté cette réalité de la plongée où rien n'est prévisible et la véritable sécurité du plongeur est dans son attitude souple et positive face aux variations climatiques, aux changements de visibilité, aux variations de courant et aux rencontres parfois stupéfiantes... Où tout se passe d'abord "entre les deux oreilles".

Je me rappèle la dernière plongée, où nous nous promenions entre les îlots coralliens à 70'-80' de profondeur, à contre courant, utilisant les moyens tactiques pour épargner nos forces... Passant d'une chute de sable à l'autre au dessus du récif, comme les poissons qui se reposent derrière les obstacles, pour se mettre à l'abri du courant ...il y avait des bancs de Jacks, quelques requins de récif... La lumière était belle (grâce au soleil ardent) mais la visibilité... Bof ! À peine 60', un peu laiteuse... la grosse misère quoi...

Je suis revenue sur la corde d'ancrage du bateau pour faire mon arrêt de sécurité, mes oreilles étaient devenues un peu sensibles au changement de pression après cette semaine intensive de plongée... et le courant me semblait tellement fort que je paniquais un peu en me demandant si j'allais trouver les forces de rejoindre l'arrière du bateau sans me faire déporter... J’étais sur la corde à consommer ce qui me restait d'air... me demandant de plus en plus si je serais capable de palmer avec force à contre courant. J'étais figée, je restais là, mais pendant que je réfléchissais, je consommais mon air... finalement j'ai décidé d'affronter le courant avant de me retrouver avec trop peu d'air pour suffire à l'effort et j'ai tenté de rejoindre la plate-forme... et à mon grand étonnement, ça c'est fait très facilement... beaucoup plus facilement que je ne l'imaginais... pourtant sur la corde avant on faisait le drapeau... La mer est surprenante parfois... selon les profondeurs, les directions les conditions changent radicalement... mais ce qu'il y a de plus important en plongée, ça reste l'attitude mentale.

Ce voyage a été l'occasion de se connaître mieux, plusieurs participants m'étaient totalement inconnus, et je garde maintenant de beaux souvenirs, le tissu des Diables s'est resserré un peu plus... J'espère que nous aurons l'occasion de plonger encore ensemble, ici au Québec et ailleurs, c'est un rendez-vous !

Je pense à Robert Mainville et Jacques Brouillet, je pense à Robert Marsolais que je ne connaissais pas, malgré nos nombreux appels lors des préparatifs de voyage, à ses aptitudes de caméraman sous-marin, la souplesse et la douceur de "son palmage" derrière le viseur de son appareil, de ses mouvements continus de caméra. Franchement ses vidéos m'ont étonné et son filtre rouge ravivait vraiment les couleurs des fonds marins... C'était superbe!

Jean Rondeau s'est fait un gros bobo au genou sur un corail (le désavantage des shorty!) ce qui a demandé des soins particuliers de notre bon docteur de brousse... J'ai fait l'infirmière pour l'occasion... Il nous a fait un petit choc vagal... mais il était super bien entouré. Gilles Pruneau qui découvrait pour la première fois les splendeurs sous-marines des mers du Sud était littéralement extatique malgré quelques épisodes où il était plutôt vert.

Guy Élie ne s'est pas blessé cette fois-ci, mais a tout de même passé quelques jours alité avec des Gravols... Nos inséparables tri-fluviens, François Lajoie et Marc Bellemare (dont c'était l'anniversaire le jour du départ) ne se sont pas laissé d'une palme , David et Goliath (Paul-Yves Noël , le nouveau fiancé d'Ukraine, et Guy D'Astous ) sont devenus les meilleurs amis du monde et Guy Desjardins (peut-être futur ministre des finances chez les Diables ) discret, a été un très attentif copain de plongée et m'a accompagné bravement dans les tunnels exigus des récifs coralliens... C'était un très beau site! C'était très intéressant de voir la synergie parmi tout ce beau monde, de voir comment nous nous sommes très bien adaptés les uns aux autres, dans des conditions parfois, il faut bien l'avouer, un peu difficiles.

De l'équipage de l'an passé il y avait Ed et Red (qui est devenu le capitaine officiel), Tim avait été remplacé par Rob, qui cuisinait pas mal mieux il faut bien l'avouer! On a mangé du thon cuit au BBQ et du poulet servi en marinade asiatique, des salades et des brioches à la cannelle. Il y avait des tentatives culinaires assez exotiques comme du plantin et du guacamole. Enfin, il y en avait pour tous les goûts et personne vraiment ne s'en est plaint.

Il y avait deux belles filles, dont la divemaster Eli (qui semblait sortir avec Rob, ça c'est pour les potins...) la belle Airen, blonde et plantureuse qui dansait la Meringue et la Salsa comme pas une... et Rick, mécanicien et opérateur du zodiac... pas mal beau et pas mal en forme. Tout ce beau monde était bronzé à souhait, comme on peut s'attendre d'un équipage qui passe sa vie sur un bateau des mers du Sud. Ils étaient super gentils et assez discrets... très bon service!

Red a pêché un gros Barracuda de 3,5', et chacun y allait de sa plongée vacances... Eli et Rob ont plongé ensemble, main dans la main, le long du Tongue of the Ocean à certainement plus de 140 pieds, créant tout un émoi parmi les plongeurs qui apercevaient au loin leur bulles s'élever des profondeurs abyssales se demandant qui du groupe avait eu la folie de descendre si bas avec du Nitrox. (ils étaient peut-être à l'air...)

Bon c'était les potins du Sea Fever !!!

Merci à tout le groupe, pour leur patience, leur camaraderie et leur souplesse... Pis on a eu ben du fun!

À la prochaine aventure...

Suzanne, la dame du Sea Fever

 


Je souscris aux propos de Suzanne que ce fut une très belle aventure ce, au milieu d'un groupe agréable dont j'ai eu le plaisir de faire davantage la connaissance.

On aurait souhaité que le jour de la marmotte passé sur le bateau se reproduise à quelques reprises (comme dans le film) puisque nous aurions alors eu des journées de plongée de plus.

François L.

 

J'ai effectivement été ravi de mon voyage, j'en garde des souvenirs inoubliables. Et un gros merci à Marcel Jacques qui m'a fait faire la tourné des "dives shop" et des bon restos de Fort Lauderdale. (le stone crab était succulent)

Merci à Marc Bellemare pour les conseils sur les bons vins. En fait, je veux dire merci à tous et chacun des Diables qui étaient du voyage.

MERCI beaucoup !!

Gilles Pruneau

 

Énormément de plaisir, partagé avec de très bons(nes) Diables.

Merci à tout le groupe pour tous les merveilleux instants.

Guy Élie

 

Déjà plus de 2 semaines que nous sommes revenus du voyage live-a-board du Sea Fever, et j'ai encore des images magiques en tête et sur mon écran.

Notre groupe de 16 Diables-plongeurs était dans l'attente d'une semaine de plongée intensive au départ de Miami le vendredi soir à l'hôtel Marco Polo. Seul Guy Desjardins s'est joint à la troupe sur le bateau le samedi matin, ayant profité de l'occasion d'un coucher et des repas de belle-maman et de beau-papa qui habite la région.

Le temps est pluvieux et maussade, un peu décevant comme départ, mais on n'y peut rien c'est la nature. On est introduit au personnel de bord : Ils sont 6, « Red » le capitaine, Ed son assistant, Rick l'ingénieur mécanique, Elizabeth (Eli) notre maître de plongée, la petite nouvelle Airen d'Angola (Buffalo), et Robert (Rob) notre cuisiner de New York.

Le départ se fait rondement et dès 9h00 on est en chemin vers les eaux bleues des Bahamas. Le trajet se fait un peu mouvementé, pour ceux qui ont le cour léger, mais la troupe supporte bien le voyage en attente de la première plongée. On fait connaissance de nos quartiers qui sont petits mais fonctionnels.

Le midi on arrive à destination tout près de Bimini. Le temps est toujours maussade et il y a du vent. Qu'à cela ne tienne, la température est somme toute assez douce comparativement à Montréal. Là, on débute notre rythme de vacances, soit manger, plonger jaser et dormir. Un rythme qui nous donne jusqu'à 5 plongées par jour pour un total durant notre semaine (samedi PM au jeudi AM) de 22 plongées! Les repas se succèdent entre les plongées, et sont d'une qualité et d'un équilibre nutritionnel remarquable. Qui plus est, le cuisiner est de New York, vraiment incroyable et excellent.

Nos plongées se déroulent du matin après le déjeuner jusqu'à la plongée de nuit après le souper. Pour améliorer notre plaisir durant notre semaine, l'équipage a pris la décision de naviguer durant la nuit de samedi à dimanche pour aller vers l'Est des Bahamas. Ce qui mous a permis toute la semaine d'avoir du soleil et de la température confortable. La fatigue post-plongée était à son minimum puisque tout le groupe plongeait au Nitrox. Jean Rondeau, Guy D'Astous et moi-même ont reçu la formation avec succès de plongeur Nitrox à bord.

J'ai eu la chance d'avoir plusieurs copains de plongée différents (Guy D'Astous, Gilles Cossette, Guy Desjardins, Guy Élie, Marc-André Labrosse, Suzanne Duranceau, Robert Mainville et Gilles Pruneau), et je les remercie de m'avoir permis de revenir une fois de plus d'une activité des Diables avec le sentiment profond que « Chez nous on plonge... en sécurité ».

Les points forts de ma semaine de plongée qui sont marqué en ma mémoire ou en photos sont :

  • Les nombreuses raies, le poisson porcs-épics et autres nombreux poissons sur l'épave du Sapona au coucher de soleil, et finalement le retour au bateau parmi un banc de calmar de récif.
  • La très belle épave du Lady Moore et son compartiment avant débordant de poissons.
  • Les formations de coraux fantastiques avec leurs polypes complètement déployés en plongée de nuit de Chud Reef près de l'île d'Andros-Berri.
  • Les crabes géants, les holothuries (concombres de mers) et les vers-éventails de l'île sous-marine de Moon Glow. Mais surtout le retour au câble de l'ancre où une colonie d'ascidies se laisse photographier avec Guy Desjardins.
  • Le requin marteau vu durant notre arrêt de sécurité par tout le groupe après une plongée-dérive le lendemain que Robert Mainville ait affirmé en avoir vu un alors qu'il plongeait avec moi, et que j'étais sceptique! 
  • Les langoustes, barracudas et murènes se laissant approchés pour les besoins du photographe en moi.
  • L'encerclement des nombreux requins de récifs et dormeur du site « Bull run ».
  • Tuna Alley et ses corridors et tunnels agrémentés d'éponges géantes, de formations de coraux remarquables et de mérous bien engraissés.

Merci encore à mes copains de plongée, et à tout le groupe pour toute la complicité et l'esprit de camaraderie.

Paul-Yves

 



Félicitations à Paul-Yves pour les superbes photos racontant notre festin de 22 plongées 2004 sur le Sea Feaver.

Une vrai belle gang de plongeurs passionnés....

Salutations (le Nitrox me manque de plus en plus)

G. Desjardins

 

J'en profite pour remercier le club des Diables des Mers et plus particulièrement Suzanne pour une organisation hors pair. 

J'ai fait de très belles plongées dans une atmosphère très amicale. Tous et chacun a fait de ce voyage un beau souvenir immortalisé par vos photos. Pour ma part, mes photos sont restées à 125 pieds sous l'eau quand ma caméra a implosée.

Jean R.

 

L'Équipage

Photographies : Paul-Yves Noël, Guy Élie, Sea Fever

Red Man, notre brave capitaine

Ed, le mécanicien et moniteur de plongée

 

Les Participants

Photographies : Line Brisson, Suzanne Duranceau, André Marchand, Guy Élie

Suzanne Duranceau

Marc-André Labrosse

Louis Cossette

Guy Élie

Gilles Cossette


Sea Fever 2002


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  12 mars, 2006