Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

    
Revue La Plongée              


Plongées Samedi / Mille-Îles # 4
Épaves du Keystorm et du America

Samedi, 17 septembre 2005

Texte et photo : Mélanie Charette

Voici quelques lignes pour vous raconter quelques bribes de la magnifique journée de plongée de samedi dont on a eu droit, Jean Guay, Jacques Richer , José Bélanger, Marc-André Labrosse, Yannick Yervieux, François Dubeau et moi.

L’histoire commence comme suit…(petit bruit de clochette)

La pluie nous accompagne durant toute la route mais cesse magiquement à notre arrivée au Rockport Dive Center, là où une petite meute de chandails des Diables s’active déjà. Tout le monde se salue et se taquine; ça promet !

Notre excursionniste, Michel Chartier nous accueille tout sourire et tout le monde s’installe tranquillement à bord. Il est convenu que nous plongerons le Keystorm en premier et l’America par la suite. Parfait ! On passe d’abord aux douanes : Merci, bonne journée ! Et à nous le géant des géants ! Le roi des épaves !

Les palanquées se forment; je plonge avec Jacques. Plan de plongée : descendre à l’hélice et remonter aux limites de la non-décompression afin de savourer au maximum chaque minutes. De toute façon, on ne manque pas d’air tous les deux…

On fait le grand saut et bien que le soleil ne soit pas présent, la visibilité est tout de même d’une trentaine de pieds. Arrivés au fond à 109 pieds, voilà que nous sommes dépassés par Yannick, Marc-André et… surprise !… José ! Lui qui avait dit ne pas vouloir descendre à plus de 80 pieds. C’était sa 1re fois sur le Keystorm et il était tout gaga ! - )

Les crapets abondent dans chaque petite ouverture, maintes et maintes belles achigans trônent au-dessus, sur le côté tribord de l’épave et une demi-douzaine de beaux gros spécimens de dorés veillent au grain à l’arrière, sur le haut-fond.

La plongée avance en temps et nous décidons d’aller explorer la batture à l’arrière du bateau. Pendant qu’on barbotent tranquillement une belle grande anguille nous glisse sous le nez et continue sa route comme si elle ne nous avait pas vus.

Enfin bref, 80 minutes plus tard nous remontons avec 1000 psi d’air et une envie à soulager : ) alors que nos compagnons nous attendent depuis belle lurette et on de plus fini de manger !!! Ça c’est la belle vie ! Une chance qu’il restait des biscuits !

1h28 d’intervalle de surface.

Un mal de tête assiège Yannick et il décide de passer son tour pour la 2e plongée, soit l’America; grave erreur puisque cette épave s’est avérée tout aussi intéressante que la 1re dû au fait que c’était ma 1ère visite, qu’elle est à une belle profondeur comme 2e plongée et qu’il y a plusieurs cavités où on pouvait entrer pour explorer le bateau et se donner une bonne idée de ce qu’il a pu être ‘’de son vivant’’. Présence d’un faible courant, à peine perceptible.

Comme Yannick ne plonge pas et qu’il peut donc faire la vigie, on réussit à convaincre Michel Chartier de plonger avec nous ! Disons qu’il n’a pas été très dur à convaincre !

On saute donc, José, Michel et moi pour cette 2e plongée. Je réussis très bien à me situer grâce au dessin que j’avais vu de l’épave. Ce que j’ai le plus aimé, je pense, fut la coque. Très impressionnant car le bateau est encore en très bon état et on y voyait ses quatre pattes qui permettaient de stabiliser le bateau (il était sous contrat pour faire sauter le fond afin de construire le canal d’où l’explosion qui le fit couler).

Près d’une heure de temps de fond cette fois, la plongée se termine par un palier de sécurité à 15 pieds sur la corde. Les pieds au-dessus, la tête à l’envers, j’en profite pour regarder le ciel au travers la surface. Toujours dans la corde, Michel efface sur mon dry les traces de pénétration qu’on a faite, ce qui me valent les taquineries de mes camarades pour tout le reste de la journée.

On termine ça au East Side Mario’s avec une belle gang, des anecdotes et José… qui était tellement fatigué, n’a pas reconnu son assiette et qui courait après la serveuse jusque dans la cuisine pour lui dire que c’était à lui…finalement ! On a bien ri !

Une journée exceptionnelle quoi !

Merci infiniment à Maryse et Jacques pour l’organisation de cette extraordinaire journée !

La diablesse Charette

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  12 mars, 2006