Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

    
Revue La Plongée              


DEUXIÈME SORTIE DES
ACTIVITÉS SAMEDI / MILLE-ÎLES

Les épaves du Keystorm et du A. E. Vickery

Samedi le 21 août 2004

Photographies :

Gilles Pruneau

Mathieu Roy (archive)

Un gros merci à Jacques pour la magnifique journée que j'ai passée hier de l'autre côté de la frontière. Malgré les prévisions météo peu encourageantes en milieu de semaine, nous avons eu droit à un soleil radieux pour nos deux plongées dans les Mille-Îles.

Après 2h45 de route sans mon amoureux (qui a dû rester à la maison cloué au lit par un mauvais rhume), je rejoins enfin les premiers Diables arrivés sur place: Franck, France, Martin et Chantal. Bizarre, la mini-fourgonnette blanche portant le logo des Diables et qui m'a dépassée en roulant à plus de 130 km arrive finalement... après moi. (Je ne nommerai pas de nom! ;o))

Première épave en compagnie de mes deux copines de plongées: Joëlle et Suzanne. Nous attaquons le Keystorm. Quelle belle épave, couchée sur son flanc tribord! Profonde, par contre, pour qui narcose... Notre petite Joëlle tente de nous expliquer par signes, tant bien que mal, l'effet de la profondeur sur son système. J'essaie alors de comprendre pourquoi elle mime le geste de quelqu'un qui boit. Est-ce que Joëlle a soif? A-t-elle hâte de prendre un petit verre? Mais non, elle narcose! Et en plus, elle doit constamment lutter pour ajuster sa flottabilité à cause de l'immense bouteille en acier avec laquelle elle plonge pour la première et... dernière fois! Pas évident pour elle qui assurément est trop plombée. Après un petit lunch à la marina, on replonge mais cette fois sur le A.E. Vickery: beaucoup de courant, plusieurs malachigans à 20 pieds et une magnifique épave de bois!

Vraiment, il faudra que j'amène mon amoureux visiter ces deux sites! Alors Jacques, quand est-ce qu'on y retourne?

Hélène Lamothe

P.S. Évidemment, je n'ai pas pu m'empêcher de monopoliser la conversation en racontant mes plongées fantastiques en Caroline du Nord au milieu des Sand Tiger Sharks et bien-sûr, d'exhiber à tous et chacun mes dents de requins! C'est bizarre, plus je montre mes dents aux autres et moins il m'en reste... ;o)

C'est une belle journée qu'on a eu pour plongée sur le Keystorm et le A.E. Vickery.

Plusieurs diables et diablesses étaient au rendez-vous donné par notre J.O. (joyeux organisateur) Jacques Richer, le seul et unique (une chance) ;o))

Après avoir parcouru près de 300 km (à moins de 130 km/h), Sophie et moi avions bien hâte de plonger, nous étions en manque d'azote. On a commencé par le Keystorm, pour nous c'était notre quatrième fois sur cette épave. Il est toujours aussi plaisant de revoir cette épave qui, à chaque visite, m'impressionne beaucoup. J'en garde encore une fois de très beau souvenir.

Après le dîner, nous nous sommes rendu sur le A.E. Vickery, une épave qui est tout près de la voie maritime... En fait, elle est sous la voie maritime, une belle grosse épave en bois qui est quand même très bien conservée!! Beaucoup de vie marine et des images dans ma tête qui sont inoubliables, ce qui fait de ce loisir le plus beau au monde.

Merci Jacques et merci la gang pour cette superbe journée.

Gilles Pruneau et Sophie Trudel

P.S. nous sommes revenus à la maison à ±120 km/h ;o)))

Nous avons été très chanceux! Samedi dernier, après un trajet sous un temps gris et tristounet, nous avons eu une journée formidable dans les 1000 îles, ensoleillée et pas trop chaude, idéale pour se promener en "wet suit" sur un zodiac.

Nous sommes passées aux douanes un peu tard, Joëlle et moi, le temps que nous avions prévu au passage de la frontière étant imprévisible... on a attendu longtemps dans le trafic des plaisanciers et le groupe a retardé le départ pour nous, c'est très gentil! Tout le monde était cool... On peut dire que c'est la marque de commerce des organisateurs, Jacques et Maryse... "COOL INDEED!"

Notre capitaine Alain St-Marseille filait à bonne allure sur le fleuve comme s’il connaissait tous les sites de plongée par coeur. C'est toujours agréable de se promener en zodiac, et je n'aurais pas changé de place pour un des "speed boat" que nous croisions... Ça tapait un peu, mais c'était sportif et nous étions dans l'action.

Jacques et Maryse connaissent bien les 1000 îles, ils en sont des inconditionnels et ils nous ont fait profiter de leur expérience et de leur passion pour cet endroit magnifique... Merci!

Je crois que la saison de plongée chez Les Diables des Mers ne peut se passer d'une sortie sur le Keystorm, épave majestueuse, couchée de côté à flanc de falaise, permettant des plongées de niveaux différents, plongée facile à 25' ou plongée plus difficile à 125'. Le Keystorm ne bloque pas complètement le courant, il y avait un courant diagonal qu'on sentait tout de même du côté protégé mais la plongée reste très agréable.

Il y avait du plongeur là-dessus!!! Au moins six bateaux étaient ancrés sur les bouées. Notre capitaine a évalué une centaine de plongeurs qui allaient et venaient sur l'épave au moment de notre visite... Un moment donné, au moment de notre arrêt de sécurité sur la corde, nous avons vu descendre un groupe de plongeurs en "bi-bouteilles", ils étaient une demi-douzaine à faire des manoeuvres... Il y avait de l'action sous l'eau!

Quelle belle épave! Je ne me lasse pas de plonger le Keystorm, avec ou sans visibilité, avec ses grandes ouvertures qui offrent un spectacle de lumière impressionnant. J'aime rester là en suspension dans la cale, à regarder par les rectangles béants, je retrouve toujours cette impression d'être dans une cathédrale engloutie.

Nous étions une palanquée de trois filles, Hélène, Joëlle et moi. C'était la première fois que nous plongions ensemble, j'ouvrais la palanquée puisque je connaissais l'épave, Joëlle au milieu et Hélène comme serre-file.

Joëlle nous a fait une petite narcose anxieuse vers 100'... (elle ne nous avait pas dit que c'était habituel chez elle, alors on a été un peu surprises car on ne connaissait pas non plus ses signes "très personnels" pour indiquer qu'elle narcosait... Ça a pris un petit moment pour s'ajuster et comprendre ce qui se passait)

Nous étions, Hélène et moi, très calmes et avons bien géré la situation... Hélène était très proche et très attentive, elle a été une "buddy" très efficace, moi je restais disponible et attentive, en stand-by, mais je ne voulais pas non-plus venir nuire en étant trop proche et trop envahissante, l'aide était sous contrôle. Juste un certain moment où j'ai vu remonter Joëlle en vitesse... de 100', je l'ai retenu un peu par la palme... "Wooow... Tu remontes un peu vite je trouve"... elle n'a pas aimé ça.

Il faut dire que lors de la plongée du Keystorm, Joëlle essayait une 104 pi3 en acier... qu'elle avait de la difficulté à gérer. Elle était trop plombée et gesticulait beaucoup pour maintenir sa flottabilité; cela la faisait consommer plus d'air. 104 pi3 ou pas, on est remonté, Hélène et moi avec 1,700lbs d'air (sur notre 80pi3) parce qu'elle avait tout de même vidé sa 104pi3 un peu trop rapidement. On a quand même fait une belle plongée multi-niveaux de 46 minutes.

Peut-être que c'est préférable d'essayer un nouvel équipement dans une situation plus facile que dans le courant à 100'… Hein?!

Pour la deuxième plongée sur le A.E. Vickory, WOW!!! On est descendu le long de la corde, face au courant, sur un haut fond à 20', au milieu du fleuve, en bordure de la voie maritime. Le courant de surface était pas mal fort, mais ce qui nuisait surtout en surface, ce sont les vagues croisées d'environ 1'1/2 que faisait le trafic des plaisanciers... Ça rendait le trajet vers la bouée un peu plus essoufflant, mais déjà de la surface on voyait un peu le fond et on avait hâte de voir les fameux malachigans dont on nous avait tant parlé.

Là, nous attendait un groupe de grosses carpes allemandes, blanches et roses, qui broutaient littéralement dans les moules zébrées avec leur larges nageoires molles qui battaient doucement face au courant. Les malachigans eux patrouillaient surtout au bord de la falaise. Des amas de coquilles de moules vides s'accumulaient dans les creux du fond, on en voyait même passer, poussées et déplacées par le courant, créant des plages blanches ici et là. Les amas de coquillages vides captaient la lumière du soleil, rendant la visibilité et la lumière ambiante encore meilleure... On se serait cru dans les Caraïbes... L'eau un peu verdâtre... Visibilité de 40'.. peut-être plus, un peu laiteux... (bien sûr à 20' de fond). Je serais restée là une heure... Magnifique! De ce haut fond on suivait une corde à linge bleue qui se dirigeait vers le bas d'une petite falaise vers une épave de bois dont la balustrade du pont, un peu ouvragée, surgissait doucement du fond sombre du fleuve. C'est une épave ma fois en très bon état pour son âge, ça me semblait un bateau du début du 19e siècle...? (je ne suis pas historienne... je me trompe peut-être)

Très belle épave, agréable à pénétrer... Encore là, un jeu de lumière magnifique quand le soleil entre par l'ouverture des cales. Je n'avais pas de grosse lampe, j'aime voyager allège dans le courant, mais je pouvais me déplacer à l'oeil dans la pénombre et c'était une belle découverte! Le A.E. Vickory est un "must" sur votre liste d'épaves à visiter...

Joëlle nous a encore fait une narcose à 90', une narcose joyeuse cette fois, faisant le drapeau à l'arrière de l'épave... (cette fois-ci on s'y attendait!) Mais il a fallu rentrer après 25 minutes de temps de fond, car il lui restait 700 lbs d'air. Hélène et moi avons bien l'intention de refaire cette épave car nous y serions restées plus longtemps.

Merci Maryse et Jacques, C'ÉTAIT SUPER!

Il y avait des membres que je ne connaissais pas, Frank et France, avec qui on a tout de suite sympathisé, Chantal était là avec son copain Martin et... son "full-face"! Ça m'a pas mal impressionné de la regarder aller avec son équipement TEK! On était un beau groupe!

C'était une très bonne idée de partir des USA pour commencer notre journée de plongée, comme ça tout le monde avait déjà passé les douanes, plus de problèmes avec la frontière, on pouvait juste penser à plonger. La marina était humble mais sympathique, bien à l'abri des vagues, à l'embouchure d'une petite rivière qui, de l'autre côté du pont de pierres, s'étirait dans un delta de marais.

On a passé une belle journée! Merci à tous!

Quand est-ce qu'on y retourne? Je veux retourner jouer avec les carpes allemandes!!!!

Suzanne

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  12 mars, 2006