Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

    
Revue La Plongée              


Visite des épaves du Robert Gaskin
et du Lillie Parsons
 

Samedi le 14 septembre 2002
Organisateurs : Mélanie Charette, Paul-Yves Noël et Marc Lemaire

Texte de Marc Lemaire

La journée débute par une météo prometteuse qui matérialise un 29° Celsius et un ciel radieux, bien que les nuages soient venus nous rejoindre vers la fin de l'activité. Un total de neuf Diablotines et Diablotins sont au rendez-vous. Mauvaise nouvelle, Mélanie ne plongera pas. C'est partie remise! Bonne nouvelle, elle va encore nous traiter "aux petits oignons". Un seul Diable ne s'est pas présenté. Espérons qu'il a eu un empêchement...

Le départ s'effectue à 9h30 précise puisque nous devons être de retour à notre port d'attache vers 14h00. Abucs Scuba est une entreprise très occupée, à ce point que le bateau repartait à 14h30 avec d'autres passionnés de plongée à son bord. Enfin...! Revenons à nos moutons alors que le fleuve est comme un miroir... Toute une ribambelle d'employés bourdonnent sur le navire. Aie! Le personnel porte des polos aux couleurs et avec le logo de l'entreprise et on a droit à trois employés pour notre équipée. L'été doit avoir été occupé et les affaires bonnes... Du nouveau, nous avons droit à un instructeur bilingue; bilingue du style de l'Outaouais. Faut avoir voyagé en Outaouais pour comprendre. Bon... On se prépare à partir, et l'équipage donne les consignes d'usage. Ouf...!  Je n'ai pas à traduire... Les papiers sont signés, les argents transigés. Bon est-ce qu'on part là ?

D'abord le Robert H. Gaskin. Moteurs à fond et cap à l'est pour se rendre après 40 minutes de navigation au site prévu. Ouf! il n'y a pas trop de bateaux amarrés à la bouée. Des deux épaves que nous visiteront aujourd'hui, il n'est pas supposé y avoir de courant sur celle-ci. Oups! C'est pas tout à fait le cas à la surface... Mais mon bon copain Jacques et moi prenons le câble à deux mitaines et nous descendons. Nous sommes les premiers, mais nous avons convenu de la faire "relax". Ouf! Je suis mouillé sous les aisselles, b'en voyons, je plonge en "wet" aujourd'hui. Jacques ne le sait pas mais il est à moins une de m'aider à réaliser mon objectif de 200 plongées. Au premier coup d'oeil, l'épave est sympathique, voir invitante. Ça s'annonce bien... On part à l'aventure en sens anti-horaire ou côté tribord pour amateurs de sports nautiques. Hum, arrivé au "boute" (à la proue pour les...), le courant n'est pas invitant. On rebrousse chemin et au passage on donne un coup de mitaines à un copain qui avait perdu sa ceinture de plomb. Bon..!  La B.A. de la journée est faite. C'est incroyable, c'est la première fois que je plonge avec Jacques et on a pas besoin de se parler (Hi! hi! hi!). Un coup d'oeil de part et d'autre, quelques gestes de la mitaine, on se comprend et on est reparti. Je me permet d'ouvrir une parenthèse:

Ha! C'est ce qui fait des Diables, des gens hors de l'ordinaire.

Revenons à nos bulles... On fait le tour de l'épave et on finit par y pénétrer. Les poissons sont au rendez-vous mais la visibilité n'est pas celle prévue. Qu'à cela ne tienne, on plonge cagoule première. On se contorsionne dans l'épave et on retrouve la sortie. Certains copains ont eu la bonne idée de prendre des photos. Il y aura donc des preuves pour appuyer ce palpitant récit. Bon, c'est le temps de remonter à la surface et de pratiquer la position "yogique" du drapeau à 15 pieds. Trois minutes, sans plus sinon... Sinon quoi? Les palanquées font surface les unes après les autres. Mais il en reste une qui fait son palier de sécurité d'une durée de trois minutes américaines. Faut-il s'inquiéter? Une fois à la surface tous sont sains et saufs. Le Diablotin chargé de la sécurité et la Diablotine qui veille sur nous tous sont soulagés.

Puis il faut vite faire marche avant vers l'île Sparrow. Le plan change et nous n'aurons pas le temps de faire une petite pause santé sur l'île. Dommage, car j'aurais bien aimé transpirer dans mon "wet" comme un phoque sur une grosse pierre. Bon, ça sera pour l'été prochain en Gaspésie, hein Jacques? Comme il faudra revenir rapidement à la base Abucs, il faut manger la sandwich lors du déplacement. Ho...!  J'ai hâte d'arriver sur l'île. J'ai des besoins essentiels qu'il m'est impossible de combler dans la toilette de notre navire le "Emily C.". Les toilettes sont maintenant réservées aux dames... Bon, on touche terre, on s'équipe et on part faire de l'hébertisme pour se rendre au site de plongée. Hum...! J'ai pas l'habitude de faire de la randonnée palmée avec 20 livres de plomb à la taille. L'élément de motivation du moment est de faire cette #@%! de 200ième plongée.

Par monts et par vaux on finit par se rendre au site. Le courant est fort à la surface et il faut faire attention de ne pas débuter en "drift dive". Bon, on se cramponne à la chaîne du Lili Parsons et nous voilà partis. La visibilité est très bonne! L'épave semble un peu banale, y va donc falloir utiliser de vieux trucs pour s'amuser un peu. Lampes à la mitaines nous scrutons la moindre parcelle, crevasse ou interstice où la lumière de l'astre du jour ne peut y pénétrer. Puis j'exécute la technique secrète ancestrale pour ajouter du piquant à la plongée. C'est Jacques qui est étonné. Ça marche et on essaie à plusieurs reprises. Cela contribue à faire de la plongée un moment mémorable. Superbe plongée! Une belle grosse achigan et un beau doré, sans compter le menu fretin qui gravite autour de nous. On termine par une "drift" jusqu'à la baie où nous attendent le Emily C. et le sourire radieux de Mélanie. Le temps presse. Vite...!  Vite...!  On doit retourner au quai. La plongée a donc été limitée à 45 minutes. Mais que de bons moments gravés à jamais pour ma 200ième.

Ciao! la gang, c'est toujours super de croiser nos bulles...

Marc Lemaire


PS En terminant, il serait sage d'ajouter à votre liste de matériel de premiers soins, une épingle. Seul certains membres présents seront en mesure de comprendre la nature de la phrase précédente. Les noms ont été supprimés afin de conserver l'anonymat des personnes concernées.

 

Voilà un compte-rendu comme je les aime ! Merci Marc !

Même si je devais rentrer travailler aussitôt de retour chez moi, ce fut une journée des plus revitalisantes ! Beaucoup de nouveaux visages tous aussi sympathiques et diaboliques les uns que les autres et aussi, trois vieilles branches, que j'étais bien heureuse de revoir (s'cusez les gars ! )

Bref, tout s'est déroulé sans anicroches à part qu'il faut effectivement avoir une aiguille dans notre trousse afin de venir en aide aux Diables en difficultés ainsi qu'un dîner qui a presque servi à nourrir les poissons, mais DIABLE ! Quelle belle journée !!!

Merci à tous ceux qui étaient des nôtres !  
Et pour ceux qui se sont désistés...  Dommage, dommage, dommage !

Alain Veillette, Stéphane Hardy et Gilles et Louis Cossette auront sûrement des belles photos à nous fournir sous peu !

Mélanie Charette

 

Très belle plongée, bien organisée avec la collaboration de ABUCS SCUBA de Brockville.

Un gros merci à Mélanie !

Louis Cossette

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  04 December, 2005