Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

     


 

LES ÉPAVES
DU LAC CHAMPLAIN

Samedi, 23 septembre 2006

   Texte : Robert Lemire

Ce samedi d'automne un groupe de six plongeurs du club se retrouvent au lac Champlain pour visiter deux épaves célèbres de l'endroit.  Avec moi, j'avais Lucie, Pierre, Denis, Yannick et Frank.  Nous avions nolisé le bateau de Larry Boivin à Burlington, VT.

Le premier défi a été de trouver l'endroit où était le bateau.  Les indications de la page Web n'étaient pas précises pour le dernier kilomètre.  J'ai cherché pendant environ 10 minutes, en m'informant à deux endroits.  Frank est arrivé 10 minutes après moi, puis les autres une heure après.  Donc, "for the record", descendre Main Street, prendre à gauche sur Battery Street, puis à droite sur Maple Street (remarquez le Waterfront Dive Center au coin), puis entrez dans le stationnement de Perkins Pier.  Larry Boivin vient prendre ses passagers là.

Le bateau de Larry est un Boston Whaler Frontier 25, avec cabine à l'avant pour le capitaine et un grand pont ouvert derrière pour les plongeurs et le matériel. Pas de siège, on s'assoit sur le plat-bord, backroll à l'eau.  La météo est inclémente seulement à ce moment, avec une pluie battante pour le temps de charger le matériel à bord, puis s'estompe lorsqu'on part.  Les deux épaves sont très près du brise-lames de Burlington, donc 5-10 minutes en bateau.  Il ne pleut plus, mais le vent y est!  Bonnes vagues sur le Lac Champlain, avec des moutons blancs pour faire plus féerique !

PLONGÉE 1 - ÉPAVE DU HORSE FERRY

Située un peu au nord du brise-lames, cette épave gît par 46 pieds de fond.  On s'équipe donc, exercice périlleux grâce aux moutons susmentionnés.  Ces mêmes moutons ont aussi été indigestes pour certains...  Les palanquées sont composées:  Frank et moi, Lucie et Yannick, puis Denis et Pierre.  Frank plonge le premier, il m'attend à 10 pieds pour éviter le maelstrom de la surface. Je le rejoins, on descend, en arrivant en bas de la ligne, un bloc de béton, puis une autre ligne (environ 25 pieds) qui mène à l'épave.  La visibilité n'est pas merveilleuse ce matin, environ 8 pieds, mais la température de l'eau est très bien, 61°F sans thermocline.  L'épave est relativement petite, une soixantaine de pieds de longueur par une quinzaine de pieds de largeur.  On y reconnaît le contour de la coque qui sort de la vase d'environ 2 pieds et quelques planches qui ont déjà fait partie du pont.  Mais l'attraction principale se retrouve dans le mécanisme de locomotion du navire:  la structure de la plaque tournante sur laquelle marchaient les chevaux pour actionner deux roues à aubes d'environ 5 pieds de diamètre de part et d'autre du navire, jamais vu ça avant! (Pour les activistes des droits des animaux, les chevaux ou leurs ossements n'y sont plus ;-)  Donc, avec la faible taille de l'épave, on fait le tour assez vite, puis encore, puis encore, en variant un peu la route à chaque fois.  Seulement quelques petits achigans sont observés ici.  Après environ sept tours, Frank et moi remontons, 46 pieds pour 47 minutes.  Une fois remontés à bord, Lucie et Yannick ne sont pas revenus.  Ils font finalement surface 25 minutes plus tard, mais à environ 100 pieds par tribord du bateau !  Vu le tour rapide de l'épave, ils avaient décidé d'accroître leur rayon d'observation, pour éventuellement constater que le fond du lac est plutôt monotone, de la vase, quelques moules zébrées ici et là et aucune pente perceptible.  Avec la piètre visibilité, ils ont perdu l'épave de vue et pris la sage décision de remonter pour constater leur position.  Un peu de nage dans la houle et ils se sont retrouvés sains et saufs à bord, de bonne humeur !

PLONGÉE 2 - ÉPAVE DU GENERAL BUTLER

Après un intervalle de surface d'environ une heure derrière le brise-lames en eau plus calme, on repart.  Située près de l'extrémité sud du brise-lames, cette épave gît par 39 pieds de fond.  Ici, même arrangement pour la ligne de descente, un bloc de béton, puis une autre ligne (environ 25 pieds) qui mène à l'épave.  Celle-ci est en plutôt bon état, rappelant celles de l'Olive Branch ou du Katie Eccles à Kingston, mais en légèrement plus petite, environ 80 pieds de longueur.  Coque et pont relativement intacts, le chargement de blocs de marbre visible dans la soute à travers les cinq ouvertures dans le pont.  Il y a aussi un de ces blocs (environ 5 pieds de long par 18 pouces de largeur par 12 pouces de hauteur) à l'extérieur de l'épave à la proue côté bâbord, on se demande comment il s'est retrouvé là...  Parmi les artéfacts clairement visibles, on remarque le mât couché du côté bâbord, le bidule dont j'ignore le nom où est fiché le mât, le puits de dérive, le guindeau et un beau cap de mouton (deadeye) à la proue, et la barre de safran d'urgence qui avait été fixée lorsque le navire avait perdu le contrôle de son gouvernail dans la tempête, quatre ouverture de fenêtres sur le tableau de la poupe, et le gouvernail.  Nous avons aussi vu la mère de tous les achigans, une méchante "palette" de près de 18-20 pouces, ainsi que plusieurs autres gros spécimens sur cette épave. On fait le tour quelques fois et on remonte.  39 pieds pour 69 minutes.

Conclusion de la journée:  une fois les directions pour se rendre éclaircies, le groupe aimerait revenir plonger ici. L'épave du Horse Ferry tombe dans la catégorie "been there, done that" et ne mériterait pas une seconde visite.  Par contre, on reviendrait à l'épave du General Butler, peut-être avec une visite d'une autre épave dans le coin.  Il y en a d'ailleurs plusieurs autres qui semblent intéressantes.  J'organiserai ça l'an prochain !

Robert

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  22 juin, 2009