Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil


 

HSM à l'Île des Soeurs
tous les vendredi soirs à 18h45

 Un gros merci à Pierre Taillefer pour les photographies de la petite ligue !!!

Salut à tous et Bonne Année !

D'abord, veuillez excuser mon retard à vous faire le compte-rendu de ce match pré-saison de hockey sous-marin qui eu lieu le 22 décembre dernier.

Au total, 9 joueurs se sont présentés malgré le fait qu'aucun contrat n'avait pu être finalisé avec les agents respectifs. Les joueurs étaient donc tous présents pour leur amour du jeu. Nous avons été honorés de la présence d'une ex-joueuse sur l'équipe nationale de HSM en la personne de Roxanne Lamoureux, directement venue de Parc Forillon. Une chance qu'elle est venue car à part André Paquin qui avait pratiqué ce sport, disons dans le passé, personne d'entre nous n'avait grande idée des règlements et de la façon de jouer... Donc après un bref exposé sur le HSM (lire "crash course") nous voilà dans l'eau à se chamailler pour le "puck" comme des enfants qui jouent dans la rue. En fait au début, quelques joueurs (nommons-les : Pierre Bourque et moi-même) ont utilisé les règlements du hockey sur glace ; c'est à dire arrêter le joueur qui s'en vient n'importe comment et tant que l'arbitre ne siffle pas t'es correct !! On a jamais entendu le sifflet ! :-)

Après quelques échanges de la sorte et quelques retenus avec la main, Roxanne nous a indiqué qu'à l'avenir il faudrait peut-être mettre l'autre main dans le costume de bain. Je ne comprends pas, lorsque j'ai tenté de le faire par la suite elle m'a giflé !  :-) (vous aurez compris que c'est pour le scénario)

Pour ce qui est du jeu disons, robuste, c'est Tania Gibéryen qui en était la moins préparée, vous connaissez le jeu de ces européennes, le jeu de passe, la finesse, un jeu basé sur le talent et pas très physique, et bien au début nous avions plus l'air de requins affamés de "puck" alors ça été un peu la surprise pour elle... Après quelques montés à l'emporte-pièce nous avons repris notre souffle un peu et Roxanne en a profité pour nous expliquer la stratégie du jeu.

Le jeu a été beaucoup mieux par la suite, Nicolas Paquin tel un Carbonneau, s'est chargé des mises en jeu contre Richard Désilets qui, lui, avait plus le coup de palme d'un Gainey. Tania a pu nous exposer son talent de fabriquante de jeu telle une Koivu ou une Naslund. On s'est fait des passes, on a fait des belles montées, de beaux jeux et il s'est compté des beaux buts.

De l'aveu de Marc-André Labrosse et de bien d'autres... le HSM est beaucoup plus exigeant qu'on pourrait le penser. C'est très bon pour la "patate" comme je dis et pour la forme en général, parlez-en à Alan Willsie qui est venu jouer sans palmes (le pauvre il les a laissées en Floride...)

Ce fut un très beau match considérant que la plupart des joueurs étaient des recrues. Le manque d'expérience était flagrant lorsque confronté à des joueurs d'expérience comme Roxanne Lamoureux et André Paquin mais tout le monde a eu beaucoup de plaisir. Roxanne nous a ébloui par son jeu extraordinaire, une vraie Guy Lafleur avec des montés et un coup de palme hors du commun. De même, André Paquin a épaté la galerie avec de beaux jeux de palmes et des positions du corps pour se protéger des joueurs adverses.

Après la partie, tout le monde était heureux de l'expérience et on se demandait à quand la prochaine joute.

À la prochaine,

Benoît Gingues


Le Grand SPLASH

Tania Giberyen

Bonjour tout le monde,

Quoi ?

C'est quoi le grand SPLASH ?

Pour une soirée on aura accès à la piscine de Boucherville - Merci à Pierre Taillefer ! Non seulement elle est grande, mais elle profonde aussi. Ça changera pas mal de notre piscine habituelle.

On sera un vingtaine de personnes (j'espère) qui s'amuseront à jouer au Hockey Sous-Marin.

Qui ?

C'est ouvert à tous !  Ceux qui ont déjà joué au HSM; ceux qui ont depuis longtemps le goût d'essayer, mais n'ont pas encore eu la chance de participer; ceux qui se posent encore tous pleins de questions sur ce sport bizarre (mais qui est fabuleux)... bref venez nombreux!

Quand ?

Vendredi, le 4 mai 2001 à 21h00 aura lieu le grand SPLASH du Hockey Sous-Marin des Diables des Mers. Remarquez que le rendez-vous sera à 20h30 dans le hall d'entrée de la piscine de Boucherville, afin qu'on puisse commencer le jeu dès que la piscine sera à nous à 21h00.

Coûts ?

OUI, mais ça ne sera pas cher, entre 4$ - 8$ dépendant du nombre de personnes qui participeront. Pour vous inscrire faites le en répondant à ce message tonigib@iquebec.com ou en remplissant le sondage 

Quoi apporter ?

Votre maillot de bain, un gant pour protéger votre main pendant le jeu, palmes, masques, tuba, les quelques petits $$, et surtout beaucoup de bonnes humeurs.

Notez que l'équipement de Hockey Sous-Marin sera fourni.

Comment s'y rendre ?

À partir de la 132 ou tunnel L.-H. Lafontaine:

Prendre la 132 est, sortie Montarville. À la lumière de la sortie, tournez à gauche.

Vous passerez par dessus le viaduc de la 132. À votre droite, vous verrez des terrains de tennis, puis la piscine extérieure.

Tournez à droite au prochain arrêt (Rivière aux Pins). À droite, vous verrez le complexe sportif municipal où se trouve l'aréna et la piscine. Tournez à droite à la première intersection et stationnez.

Le point de rendez-vous sera à l'intérieur du hall d'entrée à 20h30.

 

Chasse au trésor

Journal En Profondeur, printemps 2001

Mes copains m'envoyaient des messages, des invitations. "Viens Pierre, tu vas voir comme on a du plaisir". J'ai finalement accepté, ça faisait deux semaines que je m'y préparais. J'étais assis sur le bord, chaussant mes palmes, penseur. On m'avait dit que ce serait difficile mais j'étais prêt, mentalement et physiquement. "Tu ne parles pas beaucoup, Pierre !" On me regarde avec un sourire en coin..., je sais qu'ils se disent que je vais en baver, tout comme eux la première fois.

Vérification finale de l'équipement, j'enfile mon gant; je suis enfin prêt, malgré la lenteur et la nervosité du débutant. Je m'appuie et glisse lentement dans l'eau avec mes copains. Elle est chaude, réconfortante, mais mon coeur bat rapidement. Pas trop de vagues, pas encore... Mes copains me font le signal fatidique, je prends une bonne goulée d'air et m'immerge énergiquement. Il faut faire vite, ils sont pressés. Pourtant, ils m'avaient dit que c'était un sport de paresseux. "Moins tu fais d'effort, plus tu vas conserver ton air longtemps." Il faut descendre au fond, rapidement. Pas le temps de pincer le nez pour équilibrer les oreilles. J'avale, je souffle de l'air dans le masque. Je fais de mon mieux. Oublie la technique, mes copains sont rapides, il faut accélérer le rythme. Tout le contraire de ce que j'ai appris...

L'enjeu est grand, un trésor est convoité par tous. Pourtant, les épaves et les artefacts sont protégés par des lois : pas question de toucher avec les mains. Le joyau n'a pas de valeur, c'est un petit disque de laiton d'à peine quelques dizaines de grammes. Je le cherche, inconscient de mon environnement, inconscient de ma réserve limitée d'air. Dans la brume bleue, je vois le disque de laiton, là au fond immobile. Encore un petit effort, juste un peu, pendant que j'ai encore de l'air. Il est à moi, je l'ai gagné, il suffit de le ramener à bon port. Je ramène fièrement le trophée retrouvé. Une toute petite distance à parcourir, ma réserve d'air est dangereusement basse. Je veux respirer, je n'en peux plus. Il n'y a plus d'élixir, il n'y a plus de gaz de la vie. Les poumons me brûlent, j'ai la sensation de perdre mes mollets. La fatigue gagne lentement mes cuisses.

Soudainement, le tumulte, je ne suis plus seul. Des mouvements partout, des corps, du Néoprène, des palmes, des masques. Tout semble entremêlé dans des eaux agitées, pleines de bulles. C'était si calme, j'ai maintenant peine à voir. Ils ont tous le bras tendu, certains m'aident à protéger le joyau de laiton, d'autres tentent de me l'arracher. Il est à moi, je suis déterminé, je me bat pour ma possession. Je pousse frénétiquement, je ne sens plus mon corps. Rapidement, je sens une masse se déplacer sous mes jambes. Elle remonte vers la poitrine, je me sens soulever vers la surface. J'étire le bras tant que je peux, il est trop tard, je perds le contact. Je vois le belligérant s'éloigner dans la direction opposée, les autres le poursuivant avec frénésie.

Je n'en peux plus, je remonte vers la surface, ma poitrine veut éclater. Le tuba n'est pas assez gros, je l'arrache, je prends de l'air tant que je peux. À la surface, telles des queues de baleines, je vois des palmes partout frapper énergiquement la surface de l'eau. L'anarchie, le chaos, l'eau éclabousse dans tous les sens, la surface de l'eau est pleine d'écume. Soudain, les plongeurs font surface, des cris, ils frappent dans l'eau avec d'étranges bâtons de plastique rouges et oranges. Ils sont essoufflés, le visage rouge, ils rient. Ils viennent de ramener le disque brillant à destination, au but. Mon copain se retourne vers moi, m'interpelle. "Pis mon Pierre, comment t'aimes ça nos parties de hockey sous-marin ?". Je le regarde dans les yeux, il rit aux éclats. Je n'ai jamais cru que respirer pouvait être aussi bon...

NDR: Comme ont dit chez eux, "chez les Diables, on plonge. Quand on ne plonge pas, on joue au hockey sous-marin." Merci à toute l'équipe des Diables des Mers, et plus particulièrement à Tania Giberyen, pauvre étudiante débordée de travail qui a organisé ces rencontres amicales de hockey sous-marin au cours de l'hiver.

Pierre Taillefer

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  18 février, 2008