Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

    
Revue La Plongée              


Soirée mémorable lors de l'observation
 du frai des Touladis

Lac Memphrémagog
Samedi le 16 novembre 2002

texte et photo de Robert La Salle

Ma session de photo sous-marine de samedi soir dernier fut très spéciale, pour ne pas dire parfaitement magique. Ce n’est pas souvent que j’expose un film de 36 poses en 15 minutes. Je viens tout juste de recevoir les résultats du labo. Je peux dire que je suis très satisfait de ma plongée car j’ai réussi la photo de Touladi que j’espérais pour mon guide sur la vie en eau douce et même plus. J’ai aussi réussi à photographier une truite brune ainsi qu’une écrevisse que je n’avais pas dans ma banque d’image. Tout cela dans la même plongée - très rentable sur le plan photo.

Du même coup, je suis aussi un peu déçu, car je n’ai pas réussi autant de photos que je l’aurais voulu. Comme vous le savez, les distances ne sont pas toujours évidentes à évaluer en plongée de nuit et samedi soir, j’ai eu souvent l’impression que les truites étaient à moins de un mètre de mon appareil. J’ai donc exposé mon film en fonction de cette impression et plusieurs images sont sous-exposées. Sur cette dernière photo, on voit bien la lampe de mon copain Jean, ce qui donne une échelle nous aidant à évaluer sa longueur.

Pourquoi ai-je eu cette fausse impression? Parce que les truites remplissaient mon viseur en entier et ce n’était pas parce qu’elles étaient près de moi, mais parce qu’elles étaient juste “ben grosses”. J’ai dû observer une quarantaine de truites et je peux dire que la moyenne était de 30 à 40 pouces.

Qu’à cela ne tienne, j’ai fait samedi soir dernier une de mes plongées les plus mémorables et je tiens à remercier tous les membres du groupe de m’avoir laissé me mettre à l’eau en premier. C’est un grand avantage, spécialement pour un photographe sous-marin.

J’aimerais ajouter que le moment le plus magique fut au retour, lorsque Jean et moi avons croisé Maryse et Jacques. A un moment donné, nous nous sommes arrêtés et, dans l’espace des quelques mètres qui nous séparaient, une douzaine de truites glissaient lentement d’un plongeur à l’autre. Contrairement au début de la plongée, elles étaient très calmes.

Évidemment... je n’avais plus de film. C’est la vie.

Robert La Salle

 

Même après plus de 12 ans de plongée, je dois dire que les plongées de mercredi et samedi soirs derniers furent des plongées parfaitement magiques et mémorables. La vue de ces truites nous donne toute l'énergie pour affronter le froid. En passant merci à Robert (La Salle) qui avait une glacière d'eau chaude... vraiment parfait pour les gants avant de plonger.

Paul-Yves Noël

 

Plongée du mercredi soir 13 novembre 2002

Voici un extrait de mon carnet "Ultime" de plongée:

"Frai du Touladi (truite grise). Soirée mémorable et intense par la rencontre de grosses truites près des berges à la surface de l'eau. Plus d'une vingtaine de truites de dimension plus que respectables (30 pouces/ 0.75 m et plus) et même intimidantes."

On était six braves Diables à affronter la température maussade de l’air de 5° C et de 8° C pour l’eau. J’étais le seul irréductible à être en wet suit (un peu fou...). Mes confrères étant en dry suit, les chanceux.

Il y avait :

1. Jacques "Hord-Bord" Richer
2. Le prez Paul "Saddam" Crépeau
3. Jean "ORCA" Rondeau
4. Stéphane "DUI" Larivière
5. Serge "le Boudrineux du web"
6. Et moi même PYNO "le wet gelé"

On a plongé directement du bord, donc pas eu besoin des services de Jacques "Hord-Bord".

Fait remarquable : 2 palanqués sur 3 on eu la chance d’observer les truites grises impressionnantes en leur période de frai. Cependant l’équipe du dictateur en n’a pas vu à 55 pieds... Ça a l’air que ces truites sont des résurrection de certains sacs de couchage Hell's Angels... Et qu’il y a en qui ne voulait pas de problème...

Notre webmaître a même poussé l’audace jusqu’à flatter le flanc d’une truite qui a été surnommé "Hilton", dû à sa gueule un peu amochée.

Certains à la pizzeria, parlaient de refaire une autre plongée aux Touladis samedi soir pour prendre des photos de ces bêtes de nos lacs. Il a même été entendu au resto qu’une caméra dans un ziplock ferait l’affaire, car les truites sont dans moins de 3 pieds (1 mètre) d’eau.

Trêve de balivernes, PLONGÉE DE NUIT INTENSE, MAGIQUE, EXCEPTIONNELLE, MÉMORABLE, ET INOUBLIABLE qui restera un moment privilégié dans nos souvenirs. Quel retour de plongée, après Turquoise, malgré la température glaciale.

Paul-Yves Noël

 

En effet, nous sommes maintenant dans la période de frai du Touladi (truite grise) qui se poursuivra encore quelques jours.

C'est par dizaine que nous observons ces belles bêtes, peu farouches à cette période. Elles sont très intimidantes, surtout lorsque nous sommes en présence de plusieurs de ces truites, alors que certaines d'entre elles s'exécutent devant nous et que d'autres frappent nos palmes au passage. Faut dire que nous sommes en présence de poissons mesurant de 30 à 40 pouces... Très intense comme plongée.

J'ai même eu l'occasion de flatter et même de prendre quelques uns de ces beaux représentants de nos eaux québécoises. Sur une plongée de 43 minutes, nous avons été plus de 35 minutes en présence de ces Touladis... C'était magique... Il y en avait partout le long de la pointe.

Profondeur maximale de 14 pieds avec une moyenne de 6 pieds.... Les plus belles rencontres se font dans moins de 3 pieds de profondeur.

Serge A. Boudreau

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  04 December, 2005