Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

    
 


 

L'Aquafête 2004

Chambly (Québec),
samedi et dimanche, 24 et 25 avril 2004

 

Les grenouilles migratrices annoncent
la venue de jours meilleurs

Journal de Chambly – mardi le 4 mai 2004

André Corbeïj

C'est indéniable. À Chambly, la migration des grenouilles annonce l'arrivée officielle du printemps. Il fallait avoir des couilles en béton pour se lancer dans les eaux glacées des rapides de Chambly les 24 et 25 avril. Ils furent environ 2000 cette année à braver le froid pour aller boire une bonne tasse de Richelieu bien frappé.

Comme à chaque année depuis bientôt 28 lunes, le public afflue pour aller voir les téméraires s'engouffrer dans la "gueule du loup", cette fameuse vague déferlante qui provoque des sensations fortes alors que les plongeurs sont attirés vers le fond du remous. Il n'est pas rare d'entendre de la berge les grenouilles coasser haut et fort avant de disparaître dans la gueule.

L'AquaFête c'est aussi des milliers de gens qui fourmillent sur le site qui offre en parallèle depuis plusieurs années des activités pour retenir le monde, car "une fois qu'on a vu le truc, il faut bien se trouver autre chose à faire", a lancé une dame accompagnée de deux bambins. Et bien tout était en place pour contenter le plus grand nombre. Animation en continue, spectacles musicaux pour adultes, jeux gonflables, clowns et célébrités pour enfants, stands de bouffe et de bière et surtout de café bien chaud, bref, la fête est aussi intense dans l'eau qu'en dehors.

Parmi les spectacles qui ont fait mouche, celui d'Arthur l'aventurier, la version "testostérone" de Carmen Campagne, a connu le succès anticipé. Le barde écologiste, accompagné d'un percussionniste a viré la baraque à l'envers et s'est même payé un bain de foule, comme les vedettes rock, en se mêlant à ses fans sur le terrain au bas de la scène : une foule de bambins en délire qui lui arrivait à peine aux genoux. Arthur est sans conteste, la nouvelle coqueluche des enfants. Il fallait voir la longue file d'attente à la fin du spectacle. Tous voulaient se faire photographier avec Arthurrrrrrrr!

Pour les adultes, les spectacles proposés avaient une saveur locale avec l'embauche de deux formations qui comptaient dans leurs rangs des gens connus de Chambly, soit Carte Blanche avec le batteur et propriétaire du bar l'Éclusier, Côme Roberge et Révélation avec au micro Stéphane Fournier, le propriétaire de la clinique Accès Physio, de Chambly. M. Fournier pousse la chansonnette depuis trois ans au sein de cette formation qui donne dans le rock musclé avec des interprétations de Michel Pagliaro, Corbeau, Éric Lapointe et cie.

Si la formule des activités demeure inchangée depuis plusieurs années, les surprises n'ont pas manqué à l'œil aguerri du photographe du Journal; comme les déguisements de certaines grenouilles qui font sourire. Question de mettre un peu de couleur à l'habit noir de plongée, plusieurs n'hésiteront pas à enfiler maillot et bermudas pour colorer un peu l'affaire. C'est le cas du trio de Martin Poisson, (ce n'est pas une blague) de Montréal, qui s'est pointé avec des bobettes "Fruit of the Loom" sur le dos.

"Nous voulions avoir les boules bien au chaud. Le confort est total", a confié ce dernier au sortir de la rivière en se dirigeant vers la navette express qui amène les grenouilles à la ligne de départ.

Il y avait aussi plusieurs fans des Canadiens de Montréal qui n'ont pas hésité à afficher leurs couleurs, sans oublier le requin, un habitué de la fête qui portait une nageoire sur le dos, rappelant le film Jaws, de Spielberg.

Bref, à n'en pas douter l'AquaFête des rapides est annonciatrice du printemps. C'est la première grosse sortie familiale de l'année. Les mines étaient souriantes, mais encore marquées de la pâleur du long hiver. Et vous savez quoi. Le meilleur reste à venir.


La 28e AquaFête des rapides du Vieux-Chambly
Un succès mitigé pour l'organisation

Le Journal de Chambly – mardi le 4 mai 2004

André Corbeïj

Bassin en Fête, l'organisme qui chapeaute l'AquaFête des rapides du Vieux-Chambly a dressé un bilan à demi positif de la 28e reprise de son événement. Les travaux d'infrastructure de l'avenue Bourgogne n'ont pas "tué" l'événement selon Claude Demers, directeur de Bassin en fête.

"Dans le contexte, nous ne pouvons pas être déçus de l'achalandage. Nous ne pouvons pas non plus être totalement satisfaits. Les travaux de la Bourgogne ont eu un certain impact. C'est sûr que nous avons eu moins de visiteurs cette année. Nos stationnements tarifés n'ont pas été remplis durant tout le week-end. Les gens se sont stationnés sans problème dans les rues adjacentes où c'était permis. Je crois que la baisse des visiteurs serait attribuable en partie au temps froid que l'on a eu. Les gens ont peut-être eu peur, je ne saurais le dire. Par contre, nous avons eu plus de 2000 plongeurs. Ça c'est plus que l'an passé", mentionne Claude Demers.

Sur le plan organisationnel, l'événement s'est dans l'ensemble très bien déroulé. Il n'y pas eu de problème avec les descentes. Tout a baigné dans l'huile selon Claude Demers. Les bénévoles, au nombre de plus de 300 par jour, ont bien fait leur travail, et plusieurs ont affirmé à la fin de leur journée avoir "trippé" fort.

Idées neuves
Même si une recette est éprouvée, la nouveauté a toujours sa place dans un événement, question d'éviter une certaine routine. Claude Demers ne manque pas d'idées pour faire évoluer l'AquaFête.

"Ça fait quatre ans que Bassin en fête organise l'AquaFête. Il y a encore beaucoup de place pour améliorer l'événement. Plusieurs idées sont à l'étude. Le site du parc des Rapides - l'emplacement des stands - est difficilement transformable pour faire un changement majeur. Cette année, tout était pas mal axé sur les plongeurs et non sur les gros shows. Nous avons fait un changement de cap en enlevant les gros spectacles de vedettes connues pour donner la chance à des artistes locaux de se faire connaître. Nos "bands" locaux ont donné de bons spectacles malgré le froid. C'est sur l'ambiance qu'on va maintenant devoir se pencher. La décoration pourrait être plus présente sur le site tout comme la musique, qui pourrait s'étendre au-delà de la scène principale. Les grenouilles sont dans la rivière. On pourrait peut-être les voir plus sur le site pour faire un lien avec l'animation. On songe à mettre en place un concours d'épreuves sportives ou encore de costumes. Imaginez un peu 400 grenouilles déguisées. Quelle couleur ça apporterait à la fête! L'événement peut encore grandir et nous y veillerons", conclut Claude Demers.


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  12 mars, 2006