Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

     


 

20 janvier 1982

Voilà une autre date à marquer d'une pierre blanche. Certains membres, dont Luc Girouard, ont la certitude que les Diables devraient se doter d'un médium susceptible de reprendre de manière humoristique les événements de la vie quotidienne du club. L'information et la formation pourraient être au coeur de cette publication. L'idée de publier un journal prend forme et "La Griffe" voit le jour.

Luc Girouard, faute de disponibilité, confie la gestation de la première édition à une équipe de journalistes diaboliques. C'est donc, sous la direction de Ronney Mackie, secondé par Denis Labbée et avec les somptueuses illustrations de Nathalie Mavrikakis, (autre artiste de grand talent, maintenant MBA), et grâce à la collaboration de nombreuses personnes, que "La Griffe " voit enfin le jour. Carole Hébert, femme courageuse, assume de son côté la dactylographie du journal… Eh! Oui, à l'époque, les ordinateurs se font plutôt rares.

 

Les Diables à Cuba

Dans le cadre de leurs activités 1981-82, les Diables des Mers (Club de plongée sous-marine) s'envoleront le 22 mars 1982 vers l'île de la Jeunesse (Cuba).

Ce voyage d'une durée de 10 jours, puisque le retour est prévu pour le 1er avril, permettra aux adeptes de la plongée sous-marine de pratiquer leur sport dans les eaux cristallines de la mer des Antilles.

 

Mini-Conférences avec les Diables

Christian Lacasse, directeur scuba du club de plongée LES DIABLES DES MERS, nous informe de la tenue d'une série de mini-conférences dans le cadre des activités publiques de son club.

Ces soirées se dérouleront à Longueuil. Prière de rejoindre Christian pour vous inscrire.

Calendrier des rencontres

Dates limites d'inscription

27 janvier

ÉCOLOGIE AQUATIQUE

18 janvier


10 février

IDENTIFICATION des
POISSONS D'EAU DOUCE
du QUÉBEC


1er février


24 février

IDENTIFICATION des
POISSONS D'EAU DOUCE
du QUÉBEC


15 février

24 mars

DESCENTE DE RIVIÈRES

15 mars

31 mars

LA PLONGÉE AU QUÉBEC

22 mars

N.B.: Un coût modique sera demandé pour aider à défrayer les déboursés du club.

Revue LA PLONGÉE, janvier - février 1982

 

Projet ARCHIPEL

Revue LA PLONGÉE, mars - avril 1982

La Fédération a mis sur pied un COMITÉ D'ÉTUDE le 22 février dernier. Formé de Bernard Régimbeau (ADP/FQAS), de Diane Coallier-Arbour (collaboratrice de la revue LA PLONGÉE, ARCHIPEL: OUI ou NON Mars/Avril 1981), Patrick Burke (étudiant en biologie), Christian Lacasse (directeur scuba des DIABLES des MERS de Longueuil et membre de l'expédition sur le St-Laurent GRAND RAID), Richard Chouinard (plongeur et boutiquier spécialiste en plongée) et enfin Gilles Desjardins (biologiste).

Ce comité devra produire un mémoire identifiant la position de la Fédération, représentant les plongeurs québécois, face à ce super-projet. Ce document sera déposé auprès du Ministre responsable (Conseil Exécutif du Québec). Cette étude s'étendra sur une période de six semaines. Elle consiste dans un premier temps à prendre connaissance du rapport de faisabilité. Puis on identifiera les points qui touchent les plongeurs. Le but de ce comité est de défendre les intérêts des plongeurs en matière d'environnement, d'accessibilité et d'équipements propres à assurer une meilleure pratique des activités subaquatiques dans l'archipel d'HOCHELAGA (i.e. la région immédiate de Montréal).

 

15 mars 1982

Les membres reçoivent la première édition du journal " La Griffe ". L'équipe de rédaction gagne donc son pari. Bien structuré pour une première édition, les membres ont le plaisir de lire un éditorial, le calendrier proposé pour la nouvelle saison qui s'amorce, les potins de Zoro Marin (petit diablotin anonyme, presque toujours présent pour relater les événements à sa manière et encore, disons-le, anonyme pour plusieurs d'entre nous). Faudra bien lever le voile sur ce mystère un de ces jours !

 

17 mars 1982

Nos administrateurs travaillaient très fort. Une réunion à tous les deux mercredis, qui se déroulent de 19h30 à 23h00. Croustilles et bière étaient toujours à l'ordre du jour, (faut bien les nourrir les nouvelles idées!). À l'ajournement de la réunion, nos pauvres administrateurs, épuisés par l'effort collectif, devaient histoire de ne pas vexer l'hôte, se coltiner un petit en-cas. Les réunions se terminaient donc bien tardivement et une fois leurs petits bedons bien ronds, les rapaces, (nous reprenons ici une description de Raymond Gagné) quittaient enfin les lieux en laissant derrière eux une pile de vaisselle à laver. Ciel! Pas facile le boulot d'administrateur à cette époque.

 

Ça se passait un 21 mars 1982...

UN CUBE DE GLACE ?

"Pour une deuxième année consécutive, les Diables décident de participer au Ice Floe Race sur les bords de la rivière Otanabee (Peterborough). Après 15 minutes de retard, on attendait les Gratton..., la joyeuse bande s'embarque en autobus.

Arrivés sur place, nos pingouins constatent, que les cubes de glace sont énormes; ils font plus de 10'x15'x24'… et catastrophe, le courant est deux fois plus lent que l'an dernier. L'eau est glaciale, mais nos diablesses sortiront grandes championnes de cette course. Quant aux hommes… ils devront se contenter d’une 17ième place. Il faut cependant avouer, sans jeter le discrédit sur la victoire féminine, que la concurrence du côté masculin était particulièrement intense et beaucoup plus forte !..."

 

Printemps 1982

Treize bons Diables quittent Montréal, ensevelie sous la neige et un superbe -4° F (difficile de comprendre pourquoi!) en direction de Cuba. Petite île des Caraïbes qui les accueillera avec un petit 92° F.

C'est un "coucou" qui assurera le transport entre l'aéroport de la Havane et celui de l’île de la Jeunesse, destination finale de nos "snowbirds"… si la "trottinette" prévue pour le transport, et qui remonte à la dernière guerre mondiale, parvient à rester en vol jusqu'à sa destination.

Marc Arbour, s'empresse cependant, de rassurer tous les voyageurs sur la fiabilité de l'engin. Après un peu de frissons et quelques prières, nos valeureux Diables se décident à embarquer. Après tout, aux dires de Marc, "Cette petite merveille peut virer sur l'aile et faire du "looping" sans difficulté".

Ouf !!! s'exclameront cependant nos petits Diables en déposant enfin leurs pénates sur le plancher des vaches. L'accueil est chaleureux à l'hôtel El Colony et toutes les chambres offrent … une vue sur la mer... Ah! Ces touristes !

Les plongées sont spectaculaires et comparables à un tableau de Goya. Les sites aux noms tous plus évocateurs les uns que les autres : Muraille de Corail Noir, la Vallée de Parrotfish, le Tunnel de l'Amour, la Cave du Mystère, l'Ancre des Pirates, font certainement encore rêver les participants de ce voyage.

Certains d'entre eux, ont même eu le privilège de rencontrer la courtisane la plus séduisante de Cuba avec ses 5 pieds et quelques pouces et provocante à souhait. Lola n'a certes pas laissé indifférents les touristes plongeurs qu'elle rencontre.

Il semblerait que Jean-Marie (le prof) et Marc (l'aviateur) aient battu un record de nage libre en apnée en tentant de fuir devant l'insistance d'un superbe barracuda, fort probablement le petit copain de Lola, furieux de constater le succès de cette dernière auprès des Diables.

 

Visiter un avion sous la glace !
Carrière Morrisson, Wakefield (Québec)

Revue LA PLONGÉE, mai 1982

Décidément la plongée est un loisir plein d'inattendu. Grâce à la collaboration de notre directeur technique, nous avons plongé sous "cette fameuse glace". L'occasion était magnifique pour démontrer la vitalité des membres qui s'affairent autour d'un trou coupé en triangle. Comme dirait la vieille expression: "'Y AVAIT RIEN LÀ !"

Les DIABLES ont plongés à la carrière Morrisson près de Wakefield, au nord de Hull (Qué.). Il faut souligner l'excellent travail d'un club local qui entretient les lieux. Tout est impeccable et le site remarquable et enchanteur hiver comme été. Toutes les commodités y sont réunies.

À notre arrivée, il pleuvait, mais vers midi nous avons fait notre petite réunion de sécurité (révision des procédures, des signaux, etc.), dans un local chauffé au bois, sous l'oeil attentif d'une charmante hôtesse.

Après avoir décidé de l'ordre et de la composition des palanquées, les 12 plongeurs ont amorcé les préparatifs.

Avec Pierre, j'ai "rompu la glace" - i.e. nous avons été les premiers "dans la flotte..." après avoir résolu les quelques petits problèmes mineurs qui à chaque plongée sous-glace nous font frétiller d'impatience sinon que de froid. Bref enfin nous avons fait le grand saut à l'eau (38 degrés F) en surface et plus chaud (39 degrés F) au fond.
- N.D.L.R. aux environs de plus 4 Celsius-

Un seul mot pour désigner la vue de l'avion qui gît au fond de la carrière: EXTRAORDINAIRE !  Un peu plus de 10 mètres de transparence; un palier assez grand au bord d'une falaise qui plonge à plus de 20 mètres en contrebas. Au premier palier, on voit clairement le triangle du trou se découper à la surface et même le tendeur au milieu: c'est FORMIDABLE d'avoir une si bonne visibilité au Québec. (N.D.L.R. une photo prise sans flash à 23 mètres - environ 70 pieds - prouve cette assertion. Malheureusement, le manque de contraste empêche son impression, les tons de bleus dominent).

Après une si bonne expérience, il est certain que notre club y retournera.

Un communiqué de Bernard Régimbeau, président du club de plongée sous-marine LES DIABLES DES MERS (Longueuil, Québec).

 

Ice Floe Race :
des championnes Diablesses

par Diane Coallier-Arbour.

Revue LA PLONGÉE, mai 1982

Le titre doit sûrement vous intriguer. Laissez-moi donc, sans prétention aucune, vous raconter comment, en cinq secondes, quelques onze diablesses sont devenues "reines d'un jour".

Vous souvenez-vous, en mars 1981, les Diables des Mers avaient participé, pour la première fois, au 18e Ice Floe Race organisé par le "Trident Underwater Club lnc." à Peterborough, en Ontario ? Cette année-là, la glace se faisait tellement rare qu'ils avaient dû effectuer la course en "chambres à air". Quelques plongeuses qui avaient, l'an passé, suivi leurs époux-plongeurs sur les rives du parcours, avaient lancé en l'air cette idée folle: "Nous aurons une équipe de femmes l'an prochain".

Et nous voilà, le 21 mars 1982, sur les bords de la rivière Otanabee, onze Diablesses, attendant avec fébrilité que Ross Wiegand, commentateur, appelle dans les flots les équipes portant les dossards #33 (équipe féminine), et #34 (équipe masculine formée de treize Diables courageux).

Plus tôt dans la matinée, on a annoncé: un courant de 3,200 pi. cu./sec. (il était de 5,000 pi. cu./sec. en 1981), la température de l'air à 34°F., l'eau à 33°F., et les cubes de glace avaient approximativement 10 pi. X 15 pi. X 24 po. d'épaisseur. Environ soixante équipes sont enregistrées, dont six équipes féminines, quatre du Québec, une dizaine des États-Unis et le reste viennent de l'Ontario.

A 12:45 heures, la tension monte, nous avons cinq minutes pour nous préparer et prendre le départ. Les filles sont énervées, l'eau est froide, le cube est énorme mais les Diables sont de la trempe de ceux qui vont jusqu'au bout de leurs activités.

Et c'est un départ!... On palme régulièrement, pas trop vite de façon à terminer la course sans être complètement hors d'haleine. A part les pieds gelés, (car des chaussons de Néoprène ne sont pas ce qu'il y a de mieux pour se réchauffer les pieds dans la neige) les filles tiennent le moral; notre capitaine s'acquitte de sa tâche de surveillante et de leader de façon admirable et nous guident dans ces flots glacés jusqu'à la fin de la course.

Ayant traversé les drapeaux d'arrivée, les dix palmeuses s'arrêtent, notre capitaine saute à l'eau et fait le dernier "sprint'.' final jusqu'à la rive enneigée où le compteur démoniaque s'arrêtera enfin, après que le numéro 33 aura été lancé dans une boite prévue à cet effet.

Les Diablesses sont heureuses du travail d'équipe accompli, espèrent avoir un temps inférieur à 45 minutes et aimeraient aussi ne pas être la "sixième" des équipes féminines Tous sont anxieux de connaître les résultats finaux.

Après la course, au souper, des prix de présence sont tirés au hasard: habits secs, détendeurs, profondimètre, manomètres et autres... Une de nos supporteuses gagne un joli drapeau de plongée.

Et le moment tant attendu arrive: la remise des trophées, similairement les mêmes que l'an passé: participation féminine, costumes, propulsion, temps chez les femmes, 1ère place, 2e place, 3e place...; au moment où Bob Thompson, président de la course a dit en anglais, malheureusement: "Best time for women team : 41 minutes, 25 seconds" il se tourne vers nous et crie avec un très bel accent: "Les Diables des Mers". Ce fut la jubilation totale: pendant que tous applaudissent et hurlent à tue-tête, les filles se précipitent sur la scène pour aller chercher ce trophée inespéré; on crie, on pleure, on se tombe dans les bras; nos Diables nous félicitent, nous prennent en photos pour perpétuer cette minute indescriptible. Oui, les onze femmes ont eu à ce moment la consécration de leurs efforts d'équipe et se promettent de revivre encore la même expérience inoubliable en mars 1983.

Bravo: (par ordre alphabétique) Carole Auger, Diane Coallier-Arbour, Ginette Gratton capitaine, Manette Hamelin, Francine Laliberté, Roxanne Lamoureux, Lise Laperle, Élianne Lebeau, Suzanne Lessard, Ginette Lestage, Denise St-Pierre.

P.S. Toutes celles qui veulent participer sous l'égide des Diables des Mers l'an prochain n'ont qu'à entrer en contact avec Diane Coallier-Arbour, au (514) 651-5887.

Inscription dans le premier répertoire
 des clubs de plongée sous-marine

Revue LA PLONGÉE, mai 1982

Club :

Les Diables des Mers

Coordonnées :

3455, rue Richelieu
Longueuil, Qué.
J4L 3P8  (514) 651-5887

Objectifs :

Favoriser le regroupement des plongeurs
Améliorer la plongée
Rendre actif les plongeurs

Fondation :

1979

EFFECTIFS :
Total
Hommes/femmes)


81
55 / 26

Âge moyen :

34 ans

Cotisation :

30.00 $

Services Offerts :

V.I.V. / FQAS
Stages et conférences
Activités piscine
Fabrication Hockey Sous-Marin

Équipements disponibles :

Audio-vidéothèque

Pré-requis :

Être certifié
Satisfaire aux règles du club
Être actif

Niveaux de brevets :

1 moniteur 3 étoiles
4 assistants
20 plongeurs avancés
61
débutants

Types de plongées :

Observation
Recherche - épave - photo  (chasse)

Hébergement favorisé :

Sorties en camping

Distance moyenne parcourue lors de sorties organisées :


100 à 150 km

Personne responsable :

Bernard Régimbeau, président

 

LES CLUBS ET LE JOURNALISME

Ce mois-ci nous avons reçu avec grand plaisir deux périodiques de plongée publiés par des clubs dynamiques : LES ESPADONS de Québec et les DIABLES DES MERS de Longueuil.

Dans les deux cas, il s'agit de journaux mensuels destinés aux membres et entièrement conçus par les membres. Le financement de tels documents semble rendu possible par l'apport de publicité locale. Nous tenions à féliciter les rédacteurs de ces revues, ainsi que les clubs et boutiques qui supportent ces initiatives.

Bravo M. Normand Dupont pour votre "PARLE-MOI TUBA" et M. Ronney Mackie pour votre première "LA GRIFFE DU DIABLE".

N.D.L.R.
Nous profitons de cet entrefilet pour inviter les clubs ou organismes qui éditent déjà de tels bulletins à nous en faire parvenir copie. Les contenus sont des plus intéressants. Chers clubs de plongées, pourquoi ne pas vous en échanger quelques exemplaires ?   La communication inter-club est souhaitée par plusieurs...

Revue LA PLONGÉE, juin 1982

Juin 1982

Ronney Mackie, rédacteur en chef de " La Griffe ", passe la plume à un autre rédacteur, à savoir Christian Lacasse pour assurer la continuité du journal.

 

Ice Floe Race 83 - Un 20è départ

Revue LA PLONGÉE, septembre - octobre 1982

Au mois de mars 83, le Trident Underwater Club lnc. présentera pour la vingtième année une descente de rivière sur cube de glace (10' X 15'). Le lieu de la course est la rivière Otanabee, à Peterborough, où une soixantaine de clubs ou associations se disputent amicalement la victoire. Riche d'une expérience de deux ans, le club de plongée les "Diables des Mers" met à la disposition de tous les clubs intéressés par l'aventure, les renseignements nécessaires à l'organisation de cet événement. Tous ceux et celles qui veulent participer mais qui ne sont pas associés à une organisation, pourront se joindre de cette façon à l'égide d'un club qui n'atteint pas le nombre minimum de participants (10 à 20 personnes). Ainsi le regroupement des clubs pourrait offrir plusieurs avantages, dont le plus important serait sans doute d'ordre monétaire (Transport). Quand au club des "Diables des Mers", l'opération Ice Floe Race 83 est déjà en cours afin de revivre encore cette même expérience inoubliable de mars '82.

...À bientôt,

 Michel Gratton

 

21 novembre 1982

Après plus de trois années d'activités, les membres s'entendent pour alléger la structure administrative du club. La décision est donc prise de confier la direction du club à 4 officiers qui devront dorénavant occuper leur fonction pour une période de deux ans.

Plusieurs membres se retrouvent en nomination pour décrocher le titre du "Meilleur Diable" pour la saison 1982. Qui sont-ils ? Des gens tous dévoués, impliqués et qui plongent, sinon ils ne seraient pas en nomination, c'est certain. Nous devons donc souligner l'apport de plongeurs tels que Nathalie Mavrikakis, Richard Chouinard, le couple Lafond/Hawkes, Danielle Savaria, Johanne Godin, Pierre Gervais et Robert Gagnon.

Tous sont des plus méritants, mais Richard Chouinard emporte la palme pour cette superbe saison 1982.

Du côté de la démocratie, Bernard Regimbeau conserve son titre de président, (décidément très populaire cet homme !), Michel Gratton accepte pour sa part la vice-présidence. D'autre part, Diane continuera, à titre de secrétaire, de veiller à la rédaction des comptes rendus alors que Raymond Gagné continuera de serrer les cordons de la bourse.

 

BERNARD REGIMBEAU,
Agent de Développement en Plongée FQAS

Revue LA PLONGÉE, décembre 1982

Au cours de l'été 1982, dans le cadre des activités du COMITÉ DE DÉVELOPPEMENT ET D'ACCESSIBILITÉ AU TERRITOIRE de la Fédération. un groupe de 8 plongeurs, dirigés par un Agent de Développement reconnu par la FQAS, procéda à l'analyse du potentiel subaquatique d'une région du fleuve St-Laurent située à moins de 2 km de la métropole montréalaise.

Devant l'importance de développer et de rendre accessible des sites de plongée apnée et autonome à proximité des zones urbanisées, le C.D.A.T. avait autorisé ce projet en mai dernier. Tous les membres du comité misaient beaucoup sur ce site où le Ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche projette d'installer un parc provincial.

Les rapports contradictoires émanant de plongeurs fréquentant ce secteur du fleuve obligeaient de recourir à une approche objective. Riche de nombreuses interventions pour le compte du CDAT, Bemard Regimbeau bénéficiait à ce titre de toute la confiance du comité. M. Regimbeau participe aux inventaires EAU-RAGE (guide du Québec sous-marin) depuis 1979. Épaulé de Diane Coallier, Richard Chouinard, Christian Lacasse, et de nombreux membres du club LES DIABLES DES MERS de Longueuil. Bernard a procédé à l'étude de nombreux lacs des Laurentides (Louisa, St-Joseph d'Howard, Joly. etc.). Au terme d'un stage d'Agent de Développement en Plongée (A.D.P.), il effectua son examen de probation en participant très activement à l'inventaire "CONNAÎTRE LA MER... (Baie de Gaspé 1980). De par sa constante présence et vigilance, M. Régimbeau a représenté les plongeurs de la FÉDÉRATION face à des projets d'envergure du gouvernement québécois (ARCHIPEL, PLUIES ACIDES, ACCÈS AUX PARCS...)

En terminant rappelons que Bernard et son équipe sont à l'origine des expériences GRAND-RAID, que sous sa direction le club DIABLES DES MERS furent les premiers au Québec à manufacturer (sic) en série des hockey sous-marins, et enfin qu'ils jouent, un rôle important dans le COMITÉ-VOYAGE de la FQAS.

En rapport avec cet article sur les ÎLES DE BOUCHERVILLE, il nous semblait important de "situer" son auteur et, quitte à choquer sa modestie, à le remercier de sa constante participation.

Certains pourraient prétendre qu'il s'agit d'un, "traitement trop honorifique"... À qui nous répondrions que le travail effectué par un individu quelqu'il soit dans l'intérêt de notre collectivité de plongeurs québécois est "un honneur qu'il nous fait". Ajoutons que lorsque cet engagement se prolonge durant des années, nous serions bien impolis et ingrats de ne pas en faire mention.

Monsieur Regimbeau. vous n'êtes certes pas seul "à travailler dur dans les coins" à la Fédération, mais ce mois-ci cher DIABLE, c'est à votre tour...

La Rédaction

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  26 mars, 2006