Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

     


 

Notre club se réjouit de la parution récente du dernier livre 
 du "Diable" Paul Laramée et Marie-José Auclair, co-auteur :

LA GASPÉSIE
Ses paysages - Son histoire - Ses gens - Ses attraits

 

Terre de contraste, la Gaspésie est une contrée aux multiples visages que Paul Laramée et Marie-Josée Auclair vous invitent à parcourir. Il y a beaucoup plus à découvrir dans cette merveilleuse région que le traditionnel "tour de la Gaspésie".

 

La péninsule gaspésienne offre une histoire fascinante: celle de la rencontre entre Amérindiens et Européens, celle de vagues successives d'immigration qui ont créé une mosaïque unique. Une population dont la vie a été organisée autour de la pêche pendant près de troissiècles, qui accueille les visiteurs avec chaleur dans ses villages, où il fait bon prendre son temps.

La Gaspésie c'est aussi une nature grandiose et des paysages spectaculaires : la mer omniprésente, des rivières magnifiques et des montagnes à couper le souffle en font un paradis du plein air. Des parcs nationaux préservent son état naturel pour le visiteur avide de beauté.

Et pour les "Diables" plongeurs, on y trouve de belles photos sous-marines et une bonne description de la plongée que l'on peut y pratiquer à Forillon, ainsi qu'au Rocher Percé et l'Île Bonaventure. On y fait même l'éloge, magnifique photo à l'appui, de notre Diablesse Roxanne Lamoureux !

 

Biologiste, auteur et photographe professionnel, Paul Laramée met à contribution ses connaissances de l'environnement et de la nature pour anticiper les moments magiques et les saisir sur pellicule. On dit de lui qu'il peint avec la lumière.

Marie-José Auclair, biologiste, est amoureuse de la nature et des activités au grand air. Auteur et coauteur de nombreuses publications reliées à l'évaluation de l'environnement, elle produit des ouvrages dans le domaine de l'écotourisme.

 

La Gaspésie: de montagnes, de mer et d'histoires

Isabelle Audet

Collaboration spéciale
Journal La Presse, samedi 3 mai 2003

 

Cet été, des milliers de touristes partiront faire «le tour de la Gaspésie». Pourtant après avoir lu La Gaspésie – ses paysages, son histoire, ses gens , ses attraits, de Paul Laramée et Marie-José Auclair, on comprend qu'il est impossible de véritablement faire le tour de cette région infiniment riche.

Le livre aux pages glacées, publié aux Éditions de l'Homme, flirte avec le guide de voyage. En Introduction, les auteurs écrivent que le potentiel touristique de la Gaspésie est un géant qui dort. Au-delà de la route 132, il y a effectivement la mer, les montagnes et un tas d'histoires.

Le nom Gaspé tient son origine du terme Gespeg que les Micmacs utilisaient pour désigner «la fin des terres» au XVIIe siècle. Toute la péninsule s'appelait alors Honguedo, qui signifie «lieu de rassemblement».

Puis, les Français arrivèrent, suivis des Anglais qui forcèrent une majorité d'Acadiens à venir s'établir en Gaspésie. Les loyalistes, fidèle à la couronne britannique, ont eux aussi trouvé refuge dans la péninsule lors de la Révolution américaine. L'arrivée d'Irlandais et d’Écossais au XIXe siècle contribue à créer une société encore plus hétérogène, mais qui se rassemblera autour de la pêche.

Paul Laramée et Marie-José Auclair énumèrent une série d'endroits à visiter pour découvrir davantage l'histoire de la Gaspésie, dont certains vIllages étaient pratiquement coupés du reste de la province avant la construction du boulevard Perron (route 132), complété en 1929. Le monument à Jacques-Cartier, le circuit patrimonial de New Carlisle, le moulin du Ruisseau-des-Olives et toutes les petites églises protestantes parsèmeront le parcours des touristes qui traîneront La Gaspésie avec eux.

Les auteurs consacrent évidemment quelque pages à l’emblème de la région, le rocher Percé. Si l'érosion et la friabilité de la pierre expliquent à elles seules l'apparition de ce trou si cher à l'industrie touristique gaspésienne, il existe des légendes beaucoup plus intéressantes au sujet de ce cap qui s'est détaché de la côte.

L'une d'elles raconte qu'une sorcière était jalouse de l'amour qu'un prince prénommé Percé portait à une demoiselle nommée Aurore. La méchante femme jeta un sort aux amoureux qui périrent dans leur bateau sur la côte gaspésienne. Le navire fut changé en pierre, mais la sorcière aussi.

Le couple se retrouve donc uni pour l'éternité dans la grande partie du rocher et la vilaine femme se débat depuis ce temps pour sortir de l'obélisque, juste à côté. Elle tremblerait tellement de rage qu'elle ferait tomber des pierres chaque année.

Grands amateurs de plein air, les auteurs louent les richesses du paysage gaspésien sur plus d'une centaine de pages. À elles seules, les photos, toutes de bleu, de vert et de blanc, invitent à l'aventure. La description de chacun des secteurs où pratiquer des activités à l’extérieur s’adresse d’ailleurs spécifique-ment aux voyageurs. On précise quel sentier pédestre emprunter, quels services seront offerts sur place et où obtenir d'avantage d'informations.

Le dernier chapitre, L'Accueil des Gaspésiens, se lit avant, après, mais surtout pendant son voyage dans la péninsule. Une fringale en passant par Bonaventure ? Yvette Poirier, propriétaire du café Le Bec Flûté, attend les voyageurs avec des spécialités régionales. Elle fait partie des restaurateurs complices du « bon goût de la Gaspésie », qui s’appliquent à faire découvrir les produits du terroir.

Poussant la fraîcheur au maximum, le propriétaire de la Maison du pêcheur, à Percé, Georges Mamelonet, va même jusqu'à conserver ses homards vivants dans des cages à 20 mètres de profondeur au pied du rocher Percé !

D'autres suggestions de restaurants, de boutiques et & gîtes complètent ce livre, qui arrive juste à point pour la période des vacances.

 

La Gaspésie – ses paysages, son histoire, ses gens, ses attraits,
Éditions de l'Homme, 400 pages, 39,95 $

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  22 avril, 2007