Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

  


LE POISSON CASTOR
(Amia calva)

par Roxanne "Roxy" Lamoureux

Revue LA PLONGÉE, Volume XI, No 1, Hiver 1984

 

Non ce n'est pas un poisson avec de grandes dents qui construit des barrages. Son nom serait plutôt justifié par la forme de sa queue qui ressemble à celle du castor, mais placée dans le plan vertical.

Ce poisson archaïque est le seul représentant de la famille primitive à laquelle il appartient (Amiidae). De plus, on ne le retrouve que dans les eaux douces de l'est de l'Amérique du Nord. Lorsque vous apercevrez ce poisson lors d'une plongée d'exploration dans les herbiers du Richelieu, vous comprendrez pourquoi on dit qu'il est un représentant fossile de cette famille. D'abord à mon avis, ce n est pas le spécimen le plus coloré de nos eaux. Sa couleur prédominante est l'olive foncé et le ventre va du crème au blanc. Parfois on distingue des bandes verticales étroites plus foncées sur le nageoire dorsale mais disons qu'en général ce poisson ne se fait pas remarquer par son colon mais plutôt par les caractéristiques de ses nageoires. Sur le dos, une seule nageoire très longue et basse qui se termine près de la caudale (queue). La forme de cette dernière, comme il a été mentionnée précédemment est grande et arrondie et de plus chez le mâle on retrouve à sa base, une tache noire ronde ou ovale parfois entourée d'un halo jaune ou orange. Une autre caractéristique unique parmi les poissons d'eau douce du Canada est la présence d'une plaque ovale et osseuse à la mâchoire inférieure. Bien sûr cette plaque n'est visible que si vous êtes sous le poisson, donc pas très utile comme moyen d'identification pour le plongeur... De toute façon, avec les quelques détails mentionnés, il serait difficile de ne pas identifier ce spécimen au premier coup d'oeil. De plus, ceux rencontrés le plus fréquemment mesurent 45 à 60 cm de long, ce qui est quand même une taille respectable.

Ce qui rend cet ancêtre intéressant est aussi l'énergie déployée par le mâle pour établir et conserver une vie familiale pendant plusieurs semaines après la ponte. D'abord au printemps (mai, juin) les mâles se déplaceront vers les eaux peu profondes où la végétation est dense et s'attelleront à la tâche de préparer le nid nuptial. Roches déplacées, racines arrachées ou coupées, feuilles enlevées, rien ne résiste à ces puissantes mâchoires. Il défendra férocement son petit territoire contre ses semblables y laissant parfois des lambeaux de nageoires. Une fois la femelle attirée vers le nid, celle-ci se couchera sur le côté pendant que "Monsieur" tout naturellement lui fera la cour pendant 10 à 15 minutes, la mordillant légèrement sur le museau ou les flancs; puis le couple agite violemment les nageoires et les oeufs et la laitance seront expulsés pendant une minute environ. Cette frénésie peut durer jusqu'à une heure et demie, ouf !

Les oeufs seront immédiatement aérés par le mâle puisque "Madame" sera partie visiter d'autres nids. Au bout de huit à dix jours, toujours sous la surveillance du mâle, les oeufs écloront et les nouveau-nés resteront fixés à la végétation pendant 7 à 9 jours; le mâle montant toujours la garde...! Puis au bout de plusieurs semaines, lorsque les jeunes mesureront 10 cm, le mâle sera encore plus agressif et s'il est forcé de fuir, il guidera sa progéniture vers un nuage protecteur de vase qu'il aura soulevé au départ. Touchant n'est-ce pas? Mais attention, ne vous méprenez pas sur l'agressivité de ce poisson. Il m'est arrivé une fois de rencontrer un spécimen qui prenait au sérieux son rôle de père et je peux vous assurer que c'est impressionnant de se faire charger par ce gros poisson qui ne change de direction qu'à la dernière minute, surtout quand on sait que c'est un carnivore de premier ordre.

Il gobe tout ce qui bouge (pas les plongeurs) en aspirant sa proie avec une grande quantité d'eau. Son régime est constitué de poissons, du plus petit méné jusqu'au brochet, écrevisses, grenouilles et insectes. Ce n'est cependant pas un charognard. De plus, il peut se considérer comme étant en paix face aux pêcheurs puisque sa chair est très peu appréciée.

Enfin un dernier aspect qui caractérise ce poisson, c'est qu'il possède une vessie capable d'assimiler l'oxygène de l'air. Il serait donc capable en principe de vivre dans un milieu pauvre en oxygène. Alors la prochaine fois que vous ferez connaissance de ce vieux représentant, traitez-le avec respect et appelez-le par son nom: Amia calva.

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  04 December, 2005