Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

  


LA PLIE CANADIENNE
(Hippoglossoides platessoides)

par Roxanne "Roxy" Lamoureux

Revue LA PLONGÉE, Volume XI, No. 2, Mai / Juin 1984 

 

Plie du Canada
(Hippoglossoides platessoides)

Plie grise
(Glyptocephalus cynoglossus)

Limande à queue jaune
(Limanda ferruginea)

Plie rouge
(Pseudopleuronec tes americanus)

Quel amateur de poissons ne connaît pas la plie, communément appelée "la sole" dans les poissonneries? Un bon filet de plie frit dans la poêle est vraiment un met de choix. En tant que plongeur est-il possible d'apprécier aussi cette espèce répartie sur le deux côtés de l'Atlantique? Je crois que oui! La plie canadienne est un poisson plat qui subit des transformations importantes ne manquant pas de fasciner les plus difficiles. D'abord, comme il a été mentionné plus haut, la plie est un poisson ayant le corps comprimé latéralement, reposant et nageant sur un côté. Ce qui attire l'attention, c'est qu'au moment de l'éclosion dans les eaux superficielles, ce fretin nage dans la position typique à la majorité des poissons. Imaginez-vous alors que ce jeune poisson décide un jour qu'il passera le reste de sa vie couché sur le côté gauche sur un fond de sable !  Il ne pourrait faire autrement que de toujours "avoir de la poussière dans l'oeil" ainsi en contact avec le fond si Dame Nature, qui fait toujours bien les choses, ne commençait à transformer son corps pour l'adapter à sa nouvelle vie. Sa tête se modifiera de telle sorte que l'oeil gauche se déplacera par le dessus pour se retrouver sur le même côté que l'autre! Le côté droit, devenu le côté supérieur qui porte maintenant les deux yeux, est pigmenté tandis que le côté inférieur est ordinairement blanc comme le ventre des autres poissons. La bouche est grande et restera partiellement dans la même position qu'à la naissance. La plie aura donc la bouche perpendiculaire par rapport au fond.

Son habitat passe des eaux côtières jusqu'à une profondeur de 700 m. Toutefois, elle préfère les eaux dont la température varie tout juste au-dessus de 0° C. Il est fréquent de retrouver de petites plies camouflées dans le sable d'où émergent deux yeux globuleux, à des profondeurs de 10 à 20 m et parfois moins. Il suffit qu'une seule plie prenne panique pour faire lever une vingtaine de ses compagnes qui elles aussi étaient à l'affût dans le sable et dont on ne soupçonnait même pas la présence. C'est un spectacle vraiment exceptionnel que de voir s'envoler ces poissons plats qui viennent d'être subitement dérangés par votre présence.

FRAI ET CROISSANCE:

Les plies femelles peuvent commencer à frayer à l'âge de 8 ou 9 ans. Elles mesurent alors 30 cm mais la plupart ne commenceront qu'à l'âge de onze ans! Les mâles, par contre, peuvent commencer à 3 ans, mais habituellement c'est vers leur sixième année qu'ils manifesteront leur désir de courtiser les femelles.

Il n'existe aucune frayère spécifique connue. Il semble que dès que le milieu leur convient, elles se mettent à pondre; un million d'oeufs pour une femelle de 65 cm ou 250,000 pour celles ne mesurant que 40 cm ! Leurs ébats amoureux se dérouleront au printemps près du fond. Les oeufs fertilisés remonteront vers la surface. L'éclosion varie beaucoup selon la température des eaux de surface. Les jeunes alevins se nourrissent de plantes et d'animaux minuscules (plancton) mais leur diète se modifie au fur et à mesure qu'ils grandissent et que la taille de leur bouche s'élargit. Ils pourront alors changer leur menu et déguster des ophiures, des vers marins et même de petits poissons tels les capelans et les lançons. Une autre espèce de plie se rencontre dans les eaux canadiennes mais cette "plie grise", comme elle est appelée, fréquente de grandes profondeurs, jusqu'à 1 500 m. Ses caractéristiques sont assez semblables à la plie canadienne. Toutefois fréquentant des zones assez profondes, elle n'a que peu d'intérêt pour le plongeur.

Comme vous avez pu le constater, la plie canadienne est une espèce de poissons vraiment spéciale, subissant des métamorphoses très prononcées au cours de son existence. On peut la retrouver tout aussi bien près de la surface qu'à de grandes profondeurs, donc possédant une très grande facilité d'adaptation. Sa chair a un goût fin qui ne laisse pas indifférent les plongeurs au palais délicat.

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  04 December, 2005