Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

  


LE PHOQUE COMMUN DU CANADA

par Roxanne "Roxy" Lamoureux

Revue LA PLONGÉE, Volume 15, No. 4, Août 1988

 

Ce phoque très répandu le long des côtes de la Baie de Gaspé a toujours suscité l'intérêt des touristes plongeurs ou non. Combien de fois a-t-on rêvé, et moi la première, de se promener côte à côte avec l'un de ces mammifères marins. Leur regard si doux, publicisé par les magazines et Brigitte Bardot, nous a amené à les prendre en pitié et à leur attribuer plusieurs qualités souvent contestées par les pêcheurs commerciaux. Cependant, lorsqu'on a la chance de voir ces magnifiques petites bêtes à la tête ronde et au nez légèrement retroussé, on a vite le goût d'enfiler notre "wet suit" et de sauter à l'eau pour aller nous balader en leur compagnie. Mais désillusionnez-vous; étendus sur leur roche plate se chauffant au soleil, ils laissent croire qu'ils ne sortiront jamais de leur somnolence. Cette nonchalance n'est que simulée, ils gardent continuellement un oeil sur le visiteur que vous êtes et se tiennent prêts à se glisser à l'eau s'il sentent que la distance entre vous et eux semblent un peu trop réduite.

Les phoques communs sont curieux et lorsqu'une embarcation avance lentement vers une colonie, on les voit se mettre à l'eau et sortir la tête à deux ou trois mètres de celle-ci pour examiner l'intrus qui se glisse vers leur tranquillité. Ça et là deux ou trois têtes surgissent en même temps. Si vous ménagez vos mouvements, vous aurez tout le loisir de les photographier. Une des principales caractéristiques de l'espèce est la forme en "V" de leurs narines lorsqu'on les voit de face. Chez les phoques gris elles forment plus un trait horizontal. Les adultes, qui resteront étendus sur la plage ou leur roche plate, vous examineront en dressant la tête et les nageoires arrières. Du fait qu'ils se tiennent souvent sur le côté, cela leur donnera l'aspect d'une banane... de 100 kg. La coloration de leur pelage varie du gris sombre au jaune terne, irrégulièrement moucheté de taches noires ou brunes. Les couleurs sont généralement plus claires sur le ventre, et chaque individu possède son propre patron de coloris.

Quand la faim le tenaille, le phoque rentrera à l'eau à contrecœur, à la recherche de poissons, principale base de son alimentation. Il semblerait qu'il consomme l'équivalent de trois à six fois son poids quotidiennement, pouvant même descendre jusqu'à 100 m. pendant 30 minutes pour s'en procurer. Il est aussi très opportuniste et ne se gênera pas pour dévorer des casiers à homards ou des poissons pris dans des filets causant ainsi des dommages non négligeables aux engins de pêche.

REPRODUCTION

Durant la saison des amours de longs chants plaintifs se font entendre sur le littoral. Les femelles de trois ans ou plus ne peuvent résister à l'appel d'amour des mâles de six ans ou plus. Les adultes s'accoupleront à partir de juin ou juillet, mais le foetus ne commencera son développement qu'à la mi-septembre. Ce n'est que huit mois plus tard que la femelle donnera naissance à un seul petit, et sera une mère très attentionnée. J'ai eu la chance un jour de voir un jeune phoque âgé d'à peine 24 heures. À notre approche, la femelle incitait son petit à descendre de sa roche. Ce n'est qu'après plusieurs minutes de braillement qu'il s'est décidé à se jeter à l'eau. La femelle voyant que nous étions trop curieux l'a saisi par la peau du cou et l'a amené sous l'eau pour ne ressortir que cinquante mètres plus loin à l'abri du danger. Par les jours de grands vents elle l'abritera des vagues en le tenant devant elle entre ses nageoires antérieures. Si elle doit parcourir plusieurs kilomètres elle le portera sur sa poitrine en le serrant dans ses nageoires. Par temps calme les jeunes folâtreront dans les trous d'eau à la recherche de leur première nourriture solide, composée de petits crustacés. Une bonne tétée de lait complétera leur menu. Après un mois de ce régime, il aura doublé son poids et pèsera environ 20 kg. Si le phoque survit à ses prédateurs, tels l'orque/épaulard et les requis, il pourra espérer vivre en moyenne 20 ans ou même jusqu'à 29 ans.

Le phoque commun porte bien son qualificatif, car en plus de fréquenter les eaux du Golfe, on le retrouve suries côtes Arctiques et dans l'océan Pacifique. Il lui arrive aussi de remonter en eau douce car j'ai découvert un adulte mort sur la grève dans la région de Montréal près de l'Aquarium. Certaines petites colonies passeraient même une bonne partie de leur temps dans les lacs du Nord du Manitoba. Ces phoques d'eau douce sont alors appelés Loup Marins.

Le phoque commun ne serait pas vraiment recherché pour sa fourrure; l'espèce n'étant donc pas menacée, augmente de ce fait considérablement sa population d'année en année au désespoir des pêcheurs côtiers.

Il faudra éventuellement selon les statistiques rouvrir une saison de chasse pour éviter la surpopulation et la contamination possible des poissons de fond vivant dans les régions occupées par d'importantes hordes. Il en restera toujours suffisamment cependant pour que nous ayons le loisir d'observer leurs ébats sur les plages de sable ou pour nous faire rêver d'avoir un jour un compagnon de plongée capable de nous accompagner lors de nos randonnées sous-marines, comme un chien le ferait sur terre.

 

Richard Martin, Les mammifères marins

Pêche et Océans, Le monde marin.


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  04 December, 2005