Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

  


LA LOTTE
(lota lota)

par Roxanne "Roxy" Lamoureux

Revue LA PLONGÉE, Volume IX, No. 7-8, Juillet / Août 1982

 

Cette morue d'eau douce est appelée par ceux qui la connaissent "loche". Quand on me parle d'une loche, automatiquement je revoie ces petites grenouilles des étangs, à l'état de têtards. Six êtres différents portent ce nom, que ce soit en France ou au Québec; alors soyez un peu plus scientifique et appelez-la Lotte.

Ce poisson au corps flasque et visqueux, d'aspect malpropre à la peau grisâtre, est un redoutable carnivore causant plus de dégâts que notre réputé maître des eaux douces, le Brochet. La première fois que j'ai rencontré ce poisson dans les eaux froides du lac Champlain, j'ai pu l'identifier du premier coup car il possède des caractéristiques très nettes. Les 3 petits barbillons autour de la bouche, deux près des narines et sous le menton, sont typiques des morues. La forme allongée de son corps, les nageoires dorsale et anale très longues sans être très hautes et la caudale arrondie, donnent à cet Habitant de nos Eaux un aspect qui permet de le reconnaître aisément.

La lotte préfère les eaux profondes et froides à celles plus chaudes de la surface; c'est pourquoi on ne la voie que très rarement. Le jour elle s'enfouit partiellement dans la vase ou reste cachée dans un creux du sol et digère tranquillement ses énormes quantités d'insectes et de poissons capturés près des rivages durant la nuit. Toute cette nourriture engloutie y compris quelquefois de petits cailloux vont déformer d'une façon grotesque ce goinfre qui peut atteindre près de trois pieds pour un poids de près de 10 livres. Impressionnant n'est-ce pas? Leur fécondité l'est tout autant. La fraie se manifeste au début de janvier, et après la ponte de quelques centaines de mille oeufs, les parents abandonnent leur progéniture (j'en ferais autant avec tous ces enfants). Les petits resteront sur leur fond de sable et de gravier jusqu'en juillet pour ensuite rejoindre leurs congénères dans les eaux froides des grandes profondeurs où elles grandiront assez rapidement, vu leur gloutonnerie.

Une lotte, ça se mange

Eh oui! malgré son apparence, la lotte a très bon goût et est même vendue dans les marchés d'alimentation. Préparée comme la morue salée elle en a le goût; cuite dans la poêle elle a un peu la saveur de la barbotte. Son foie est très recherché en Europe. Elle peut être pêchée à travers la glace. Les petites lottes sont très faciles à capturer par les plongeurs munis d'un filet. C'est un poisson qui ne semble pas très puissant à la nage; vous pourriez vous procurer un dîner sans avoir de remords parce que vous avez fait souffrir un être vivant en le capturant à la ligne.

Voici une recette pour la préparer, vous m'en donnerez des nouvelles:

RECETTE

  • Enlever la peau
  • Farcir à la mie de pain mêlée d'échalotes
  • Cuire au four
  • Badigeonner de beurre et de moutarde en crème
  • Ajouter un verre de vin blanc lorsque cuite

(Recette de Marguerite Legendre)

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  04 December, 2005