Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

     
Revue La Plongée                


Un Diable devant les Caméras

Pierre Taillefer s'entretient de plongée sous-glace
 à l'émission
D'Ici et d'Ailleurs animée par Danielle Ouimet
sur les ondes du Canal Évasion

Décembre 2001

Un après-midi, mon bon ami Daniel Auger me téléphone : il me dit qu’il vient de faire une entrevue avec Danielle Ouimet à l’émission d’Ici et d’Ailleurs (Canal Évasion, 23). En même temps, il me mentionne que la recherchiste de l’émission se cherche une grande gueule pour faire une entrevue sur la plongée sous-glace. Moi une grande gueule? Ça ne se peut pas !

J’appelle la recherchiste et après 3 minutes, soit le temps de répondre à sa question, elle me fixe un rendez-vous à Montréal pour l’entrevue. Je suis consacré grande-gueule, faut croire! Pendant le petit dîner d’une heure, on discute de tout : plongée sous-marine, plongée sous-glace et même de la descente de l’Aquafête des rapides de Chambly (faut bien préparer la prochaine !).

Quelques jours avant l’entrevue, elle m’envoie le texte qui est en quelque sorte l’entrée en matière pour Danielle Ouimet. Tout est enfin prêt pour le grand jour.

La veille du tournage, je commet une première grande erreur : soit de regarder l’entrevue de Daniel Auger sur la plongée. Daniel est sûr de lui, a une bonne expérience des entrevues télévisées et a fait un excellent travail. Suis-je à la hauteur de la situation? Est-ce que je vais bafouiller? Dire des âneries? Je veux mourir !

Le lendemain, je me présente au studio de la rue Bishop vers midi et ultra nerveux, bien entendu! Après quelques minutes d’attente, la maquilleuse m’accueille. Afin d’éviter d’aveugler les spectateurs avec mon front dégarni, un peu de poudre sur le coco, un peu de maquillage en dessous des yeux pour faire disparaître la nuit tourmentée, bref on est prêt. Mais je commet alors une deuxième grande erreur : regarder le moniteur qui diffuse les entrevues en cours d’enregistrement…..La nervosité me gagne.

Ça y est : mon heure est venue. Je m’assois dans le studio, avec tous les projecteurs orientés sur un minuscule pupitre où est assise madame Ouimet. Concentrée, elle révise le texte de la recherchiste et se fait remaquiller. Elle me souhaite la bienvenue et me pose quelques questions : pourquoi vous dites que l’eau est aussi froide en été qu’en hiver? Comment est-ce qu’on communique avec la surface? Elle est prête et en discutant avec elle, la nervosité descend. Elle a de l’expérience et le don de faire calmer les invités me dis-je.

Le régisseur nous interrompt : 5, 4, 3….. j’ai l’estomac noué. Ça commence…..Je suis hyper nerveux au départ, mais je m’emporte dans mes explications. Tout à coup, c’est terminé. Huit minutes se sont écoulées, je ne me souviens plus de rien. Est-ce qu’on fait la vraie entrevue maintenant? Mais non, c’est fini! Tout a bien été! On passe au prochain reportage….

Ouf, je me sens tout à coup épuisé. Je retourne tranquillement au travail et j’ai une autre crainte : celle de voir l’entrevue. Le jour fatidique arrive : je positionne la cassette pour enregistrer l’émission. Je suis prêt! Toute la famille est rivée sur le téléviseur, l’émission commence, je ne tiens plus en place! En voyant défiler l’émission, je me sens de nouveau comme à l’enregistrement. Elle pose les questions, je prépare ma réponse mais je l’entend la dire par quelqu’un d’autre qui pense exactement comme moi : mon double! Tout ressort, les sentiments, la nervosité, la peur de dire des faussetés, de bafouiller. Mais voilà, c’est terminé. Je regarde la famille qui se retourne vers moi. J’ai peur à nouveau de leur réaction : ils me confirment, c’est bon, j’ai fait belle figure! Tout à coup, le téléphone sonne. Mes frères et sœurs qui m’agacent, la vedette !

Bref, une belle et bonne expérience, mais très intense. Pas la peur de la caméra, mais la peur de ne pas être à la hauteur de la situation. J’espère avoir réalisé une chose à travers cette entrevue : avoir transmis à mes collègues le goût de faire la plongée sous-glace, en toute sécurité.

Pour terminer, un grand merci à Josée Larivée, recherchiste de la firme Odyssée Communication qui a permis de partager ma passion. Un coup de cœur à Danielle Ouimet qui a su me calmer et finalement, un grand merci à ceux qui m’ont fourni de très belles images, dont AquaFuture et CPRS.


Pierre Taillefer,
un p'tit Diable qui nous fait honneur !

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  18 octobre, 2009