Retour

RETOUR

Retour à la page d'accueil

     


Île Bonaventure
Percé, Qc

 

L'ANSE-AU-BILBO

Située du côté nord de l'Île, cette anse offre une protection efficace contre les vents. Même avec un vent de l'Est de force 5 au large, cette baie demeure très calme. Site panoramique, idéal pour une plongée en famille, le fond est coloré d'algues corallines, de laitue de mer, d'étoiles multicolores, d'oursins, d'anémones et de nombreux autres organismes augmentant la féerie des couleurs. Ici ce n'est qu'une suite de surprises et d'émerveillements qui surprend les plongeurs lors du passage des nombreux tunnels formés par les éboulis; faune variée, du minuscule diatomée au gros phoque gris, flore excessivement colorée et presque étouffante d'abondance, reliefs sous-marins pour alpinistes ou spéléologues de néoprène.

C'est par milliers que des petites étoiles de mer très communes, surnommées Ophiures Pâquerette, s'attachent aux parois des rochers et ne laissent dépasser que leurs bras en quête de nourriture. Par les mouvements serpentiformes de leurs bras, ceux-ci forment de véritables corridors vivants et ajoutent une note d'aventure à la randonnée sous-marine. Sous les rochers se cachent un Homard presqu'à tous les coups, si ce n'est pas une Tanche Tautogue qui nous guette, et l'observateur attentif peut facilement contempler les Gammares ainsi que les délicates Crevettes Striées qui abondent à cet endroit. A tout moment, il est possible d'être surpris par un phoque qui vient satisfaire sa curiosité. Il est aussi fréquent d'observer des bancs de Lançons d'Amérique, ces petits poissons argentés d'au plus 20 cm qui se déplacent par milliers sur le fond de sable.

La plongée-tuba et la plongée-bouteille se côtoient dans une profondeur variant de 1 à 12 mètres. Ce site qui offre un paysage magique sous les étoiles est l'endroit tout indiqué pour une plongée de nuit.

 

LE MUR NOIR

Situé au pied d'une immense falaise sur le côté Nord-Est de l'Île, le Mur Noir est accessible aux plongeurs débutants et offre une "Chasse au Trésor" aux plongeurs plus expérimentés.

En effet, cette chasse consiste à la recherche d'une grosse ancre, vestige d'un ancien naufrage, qui repose sur le fond de sable à une profondeur d'environ 20 mètres. Pour rejoindre cette ancre centenaire, les plongeurs doivent suivre la chaîne de celle-ci qui s'étend sur plus de 50 mètres. Pour ajouter à la difficulté de la recherche, cette chaîne est discontinue à plusieurs endroits. C'est donc au plongeur à évaluer la direction que doit prendre cette chaîne pour retrouver l'autre extrémité afin de continuer sa route.

En observant attentivement les maillons de la chaîne, il est possible de découvrir plusieurs Nudibranches Rouge qui se retrouvent tout autour. De plus, c'est l'endroit tout indiqué pour observer le Loup Atlantique qui trouve refuge dans les nombreuses crevasses sous les éboulis. A la fin du parcours le long de la chaîne, voilà que se dresse au loin, sur le fond de sable, cette ancre superbe faisant plus de deux mètres de haut. Sur la partie supérieure, nous observons une très belle Éponge Digitée qui la surmonte telle la gardienne de ce précieux trésor. Prenez soin de ne pas abîmer cette éponge fragile pour la laisser intact au bénéfice de ceux qui vous suivront. Une colonie de phoques résident à cet endroit et leur présence se fait surtout remarquer lors des plongées matinales. Lors d'une récente plongée, une grosse méduse Crinière de Lion fut observée en surface. Une mise en garde s'impose car cet animal possède des centaines de tentacules de plusieurs mètres de long qui portent des nématocystes dont le venin est extrêmement toxique et peut causer des brûlures et des irritations.

Ce site est sujet à d'assez forts courants lors du changement des marées, donc une bonne planification s'impose pour faciliter et sécuriser la plongée.

 

L'ANSE-CHATOUILLEUSE

Ouverte sur l'est, cette baie est la plus grande de l'Île. À la surface, c'est un panorama grandiose qui s'offre aux plongeurs lorsqu'ils jettent l'ancre à quelques pieds des falaises où nichent des milliers de fous de Bassan.

Plusieurs plongées différentes peuvent s'effectuer à l'intérieur de cette grande baie peuplée de grosses anémones tubulaires, particulièrement la très belle Anémone Rouge du Nord souvent de grande taille. Sur le côté sud de la baie, beaucoup de Moules Bleues se collent en groupe sur les rochers et, plus en profondeur, il est possible d'observer plusieurs spécimens très colorés d'une de nos plus belles espèces d'étoile de mer, soit le Soleil de Mer Épineux.

En plus d'être accessible aux plongeurs débutants, ce site offre plus de profondeur, pouvant atteindre un peu plus de 25 mètres.

 

LA BAIE DES MARIGOTS

Cette petite anse située sur le côté est de l'île doit son nom à une expression argotique des anciens morutiers français, soit de courir le marigot: qui signifie paresser, se dérober au travail. Cet endroit où les pêcheurs se cachaient pour dormir ou jouer aux cartes se traduit en anglais par Lazy Beach.

De type familial, cette baie est fermée à une extrémité par une plage de sable. Elle est encerclée de deux bras rocheux qui descendent en escalier sous l'eau. Ouverte sur le sud, la profondeur peut atteindre 20 mètres.

A l'occasion, il est possible d'observer de nombreux mammifères marins qui viennent surveiller nos préparatifs en surface. Aussi, beaucoup de Tanches Tautogues se camouflent sous les rochers. Il suffit d'ouvrir quelques oursins pour attirer ces tanches gourmandes. Ne soyez pas surpris d'attirer, en plus, l'attention d'un phoque curieux. Il vous est même possible de nager en sa compagnie durant votre randonnée. Ce site jouit normalement d'une très bonne visibilité et vous permet d'observer de gros homards cachés ici et là. Plusieurs Crapauds de Mer se dissimulent parmi les laminaires et en observant attentivement vous pouvez même surprendre une Loquette d'Amérique qui se cache de ses principaux prédateurs: les phoques.

Accessible aux plongeurs de tous les niveaux, la Baie des Marigots héberge une faune variée et est l'endroit idéal pour effectuer une première plongée de familiarisation au début de notre séjour.

 

LE TOMBANT

Situé à l'extrémité sud de l'Anse Chatouilleuse, ce site consiste en un mur en surplomb, creusé sous la falaise de l'Île par le jeux des marées et des glaces. A même la falaise, plusieurs grottes permettent l'observation de la faune et de la flore en milieu très protégé. Cette plongée de falaise s'adresse aux plongeurs plus expérimentés qui possèdent une bonne maîtrise de leur neutralité en plus d'être confortable en eau plus profonde. Il existe un premier plateau à une profondeur de 55 à 60 pieds et la profondeur maximum est atteinte vers les 120 pieds. De plus, la présence d'un courant de 1 à 2 noeuds est très fréquent à cet endroit.

C'est avec beaucoup d'émotions que l'on effectue une première plongée à cet endroit. Cette plongée débute en avançant de quelques mètres sous la falaise jusqu'à la ligne de marée basse. A cet endroit de calme et de silence, la falaise reprend son angle vertical. Nos bulles d'air qui remontent à la surface délogent les particules et la vie marine qui se sont fixées sur la paroi en surplomb au-dessus de nos têtes. Ce phénomène affecte partiellement la visibilité, par contre, les crabes nous offrent tout un spectacle lors de leur chute libre telles de véritables araignées volantes. Sur la falaise, plusieurs grottes permettent une pénétration de quelques mètres pour contempler les belles Anémones du Nord camouflées à l'intérieur. En plus des Morues de Roche et des Loquettes d'Amérique qui habitent la majorité de ces grottes, de gros Sébastes se font très timides à l'approche des plongeurs. En suspension dans l'eau, il nous est possible d'observer de grosses Groseilles de Mer de plus de 6 pouces ainsi que des méduses Crinière de Lion qui voguent au gré des marées.

En considération de la profondeur et des conditions plus difficiles de l'endroit, cette plongée nécessite une bonne préparation en plus du respect très stricte de son plan de plongée: "Plan your Dive and Dive your Plan". Aussi, une bonne surveillance de sa consommation d'air ainsi qu'une bonne communication avec son copain ajoute à la sécurité de la plongée.

Ce site exceptionnel offre une plongée fantastique et permet aux plongeurs de découvrir le pilier de cette Île magnifique qui baigne, sous les flots, dans le calme et le mystère.

 

LA GROTTE

Passée l'Anse-au-Bilbo vers l'est et avant d'atteindre le Mur Noir se trouve une formation rocheuse donnant accès à une grotte peu commune. Accessible aux plongeurs de tous les niveaux, cette plongée peu profonde nous offre un décor hors de l'ordinaire.

Étant difficile à localiser, ce sont nos guides qui nous conduisent à cet endroit spectaculaire. Nous progressons le long d'un grand corridor formé par des falaises escarpées pour parvenir à l'entrée d'une grande grotte qui nous permet de remonter à la surface par l'intérieur. Ceci se fait en toute sécurité car il existe à l'intérieur une bonne circulation d'air qui souffle à travers de nombreuses petites fissures. Mentionnons aussi que cette grotte est ouverte sur la mer à marée basse.

La plus grande partie de la plongée s'effectue à l'intérieur de la grotte afin d'observer la vie marine très variée qui habite ces lieux. Lors d'une récente plongée à cet endroit, un banc de lançons nous offrait un magnifique "ballet" sous-marin devant le contre-jour de la sortie. La plongée se termine par l'exploration de la partie est du Bilbo.

Nul besoin d'une expédition à l'autre bout du monde pour découvrir un site pittoresque. Nous possédons ici-même en Gaspésie une formation géologique unique qui est toujours très appréciée des participants.

La plongée se termine donc par l'exploration du secteur est du Bilbo qui recèle de nombreuses surprises avec sa vie marine variée et ses beaux paysages marins. Cet endroit serait aussi un très beau site pour une plongée de nuit.

 

LE VIVIER

Que diriez-vous d'une plongée en compagnie de milliers de homards? Cette invitation vous semble fantastique n'est-ce pas? C'est pourtant ce qui nous attend lors d'une plongée au Vivier des restaurateurs locaux.

Au pied du Rocher Percé, il nous sera possible d'aller visiter des installations sous-marines de conservation de homards (homarus americanus) et de contempler sur le fond quelques milliers de ces savoureux crustacés qui attendent patiemment leur remontée vers les chaudrons des restaurants du village. En effet, par 20 mètres de fond, des restaurateurs soucieux d'offrir un produit de qualité ont installé plusieurs cages dans lesquelles sont conservé leur approvisionnement de la saison.

Ayant reçu l'autorisation nécessaire, nos guides nous conduiront à cet endroit pour admirer ce spectacle de crustacés. Ils profiteront sûrement de l'occasion pour cueillir les plus beaux homards qui nous seront servis au prochain souper, difficile de trouver plus frais...

Cette plongée peut se poursuivre par une exploration de la base du Rocher Percé afin d'en connaître tous ses secrets.

 

LE ROCHER AUX OISEAUX

Ce site est tout aussi typique à Percé que Georges Mamelonet lui-même. En effet, suite à des discussions tardives avec ce grand plongeur gaspésien, celui-ci nous propose une plongée très matinale dans un site enchanteur en présence d'une colonie de phoques.

Seul inconvénient à cette plongée: elle doit se faire à 6h00 du matin, au levée du soleil! En effet, ce site est traversé par les bateaux d'excursion de l'Île et nous empêche d'utiliser le drapeau de plongée qui ferait entrave à la bonne circulation maritime. C'est pourquoi nous devons effectuer notre plongée avant la sortie du premier bateau cédulé pour 8h00.

C'est donc au levé du soleil que les pneumatiques se dirigeront vers cet endroit gardé secret par l'élite locale. Atteignant une profondeur de près de 20 mètres, cette plongée s'adresse à des plongeurs expérimentés pouvant bien naviguer sous l'eau et ayant de l'expérience en plongée de courant, toujours possible à cet endroit.

L'an dernier, nous avons profité d'une visibilité de plus de 20 mètres lors de notre randonnée à cet endroit féerique. Les phoques nous encerclent et, avec cette bonne visibilité, nous pouvons admirer au loin toutes leurs prouesses.

Gilles Lacasse, notre guide ce matin-là, ne pouvait résister à l'attrait des nombreux tunnels, si petits soient-ils, qui se présentaient devant lui. Soulignons que ce dernier est membre en règle des "Allégés de Percé" et possède des techniques de plongée bien différentes des nôtres. N'hésitez pas à lui demander des renseignements supplémentaires pour en connaître davantage sur ces techniques locales.

 

LA ROCHE CARRÉE

De la rive, nous pouvons facilement distinguer cet immense bloc de roche arraché à la falaise. Situé sur la face nord-ouest de l'Île, c'est le premier site accessible à l'approche de l'Île Bonaventure. Cet endroit offre autant d'attraits aux plongeurs débutants qu'aux plongeurs plus expérimentés. Site parfois négligé lors d'excursion de groupe, il cède souvent sa place au Bilbo, au Mur Noir ou bien à l'Anse Chatouilleuse. Pourtant ce secteur est tout aussi pittoresque et spectaculaire, de plus il se prête aussi bien à la plongée-tuba qu'à la plongée-bouteille.

C'est dans une petite baie bien protégée et peu profonde, à l'arrière de la Roche Carrée, que l'on effectue nos derniers préparatifs. La plongée débute en traversant un tunnel pour sortir de la baie. Les nombreux corridors créés par les éboulis forment un véritable labyrinthe sous-marin qui incite à l'exploration. Nous devons parfois remonter vers la surface pour observer une vue d'ensemble et choisir une nouvelle direction devant un couloir sans issu. Sous la Roche Carrée, il y a une grande grotte ouverte sur deux faces qui abrite un banc de tanches gourmandes. Amusez-vous à les nourrir d'oursins pour être rapidement envahis par ces poissons voraces qui viennent vous picoter le bout des doigts en quête de nourriture. A différents endroits, les tunnels font place à des champs d'oursins. Au loin, nous observons soudain un énorme banc de lançons qui vient défiler devant nous durant plus de trois minutes. Nous admirons aussi les nombreuses plantes marines qui s'accrochent aux rochers et qui donnent des reflets multicolores à ce relief marin.

Malheureusement, une plongée de nuit à cet endroit est fortement déconseillée car ces labyrinthes sous-marins rendent la navigation nocturne très difficile.

 

LA CREVASSE

Site très pittoresque, ouvert sur la mer, encore sauvage et très peu fréquenté. En direction sud, passé l'Anse Chatouilleuse, nous atteignons l'arrière de l'Île et, en contournant la Pointe à Margaulx (épellation savoureuse de Jacques Cartier pour désigner les Fous de Bassan), nous découvrons une immense fissure verticale qui coupe la falaise depuis la base jusqu'au sommet. Cette fissure s'étend même sous l'eau à une profondeur d'environ 6 mètres. A l'approche du site, il se dégage une forte odeur du "guano" signalant la présence des oiseaux qui y nichent. Une plongée à la base de la fissure est déconseillée car la présence d'excréments d'oiseaux affecte la visibilité et l'effet des courants jumelé au ressac des vagues rendent cette incursion très périlleuse. Ancré dans des eaux relativement calme près de la fissure, la plongée s'effectue plutôt en direction sud vers un petit rocher à fleur d'eau, surnommé la Roche aux Phoques, et situé à quelques centaines de mètres de la fissure. Comme son nom le suggère, une colonie de Phoques Gris encerclent l'endroit.

Sous l'eau nous découvrons de très gros morceaux de roche s'étant jadis détachés de la falaise. Ceux-ci forment de longs corridors à parcourir ainsi que de nombreux tunnels à explorer. Les parois des rochers sont littéralement tapissées de Corail Mou. Ces colonies de polypes se nourrissent en s'ouvrant comme des petites fleurs pour capturer les minuscules éléments du plancton provenant des courants du large. Lorsque les polypes sont complètement rétractés, le corail mou ressemble alors tout à fait à une grappe de framboises rouge-vif qui contraste parmi les milliers d'Oursins qui jonchent le fond. Aussi, de très belles Éponges Encroûtantes et Verruqueuses, très développées et de couleur allant du jaune au vert, s'accrochent sous les rochers. A l'intérieur des nombreux tunnels se camouflent de très belles Anémones Tubulaires qui nécessitent une bonne lampe de plongée pour admirer toutes leurs couleurs.

Soudain nous apercevons l'ombre de cet immense monolithe de pierre qui se dresse devant nous. Ce rocher possède un diamètre de près de 10 mètres et forme une falaise parfaitement verticale de plus de 15 mètres avant de percer la surface. Profitant d'une visibilité atteignant près de 10 mètres, nous distinguons au loin quelques phoques qui, pour satisfaire leur curiosité, observent attentivement leurs nouveaux amis vêtus de néoprène. Nous assistons alors à tout un spectacle de prouesses sous-marines exécutées par ces agiles pinnipèdes enjoués.

Toutefois, une mise en garde s'impose pur une plongée sécuritaire. En effet, cet endroit est exposé à la pleine mer et est sujet à d'assez forts courants qui tourbillonnent entre la Pointe à Margaulx et la Roche aux Phoques. Même durant une plongée près de l'étale haute suite à une petite marée de moins d'un pied, nous ressentons toujours les effets de ces petits tourbillons. Cette plongée demande donc une bonne planification, car en plus de la présence des courants, ce site se trouve sur la route des bateaux d'excursion de l'Île. Cette plongée doit donc s'effectuer très tôt, vers 6h00 le matin. Pour récompense, le plongeur se voit offrir une eau cristalline dans un environnement encore vierge où la vie marine lui offre ses plus beaux attraits naturels.

Cet endroit se joint au site du Tombant pour offrir des plongées de classe internationale et nécessite sûrement plus d'une plongée pour en découvrir toutes les beautés cachées.

 

LE CAP BLANC

Élevé de quelque deux cents pieds au-dessus de la mer, le Cap Blanc doit son nom à la couleur blanche de sa roche composée de calcaire silurien-ordovicien qui se découpe sur l'arrière plan de la table de conglomérat rouge du Mont Sainte-Anne. Le sommet, à quelques pas de son versant Nord, a reçu le nom de Côte-de-la-Surprise en raison de la vue superbe qu'il offre sur le Rocher Percé ainsi que sur toute la baie.

Le pied de la falaise du Cap Blanc sert souvent de site alternatif lorsqu'une traversée à l'Île devient difficile suite à la levée du brouillard; cet endroit est donc rarement exploré par beau temps. Dommage, car par 40' de fond, nous avons l'occasion d'examiner les restes d'un navire à vapeur ayant connu un sort tragique lors d'une tempête.

Malgré que les glaces aient étalé les pièces de l'épave sur le fond de gravier, il nous est encore possible d'examiner la bouilloire, la transmission ainsi que l'hélice. Les nombreuses petites conduites appartenant à la bouilloire offrent logis à tantôt un Ulvaire et à tantôt un petit Homard. Toutes ces pièces sont recouvertes d'Algues Corallines et une forêt de Corail Mou (framboise de mer) y prend racine en s'harmonisant avec les Psolus (genre de concombre) qui brillent de leur rouge écarlate. De plus, nous pouvons observer une très belle Éponge Digitée qui s'accroche à l'hélice un peu plus en profondeur. Partout sur le fond nous découvrons des pièces de la coque du navire ainsi que ce qui semble être des pipes, des rails du pont et des pièces de treuil.

Sur la pointe du Cap se trouve une petite falaise recouverte de Laminaires et de Laitue de Mer qui abrite la vie animale de l'endroit. Le jeu des rayons de soleil sur les plantes aquatiques ajoute une note théâtrale au passage des bancs de Maquereaux qui sillonnent fréquemment la Baie de Percé

 

LE ROCHER PERCÉ

Sur la pointe de cette côte gaspésienne où en 1534 Jacques Cartier aborda pour la première fois le rivage canadien, caressé par les vagues mourantes du large, se dresse le Rocher Percé. Navire de pierre échoué depuis quelques milliers d'années, sculpture monumentale d'une autre ère, ce Léviathan domine la baie de Percé de ses 100 mètres.

Ce site de plongée est sans doute le plus pittoresque et le plus spectaculaire de tous au Québec. Le simple fait de s'y diriger pour plonger à de quoi "vous couper le souffle". Il offre lui aussi des possibilités de plongée pour tous les niveaux. De la plongée-bouteille, le Rocher vous dévoilera ses secrets cachés de chaque côté de sa base.

* Ce site est tout indiqué pour une plongée de nuit, autant pour la proximité de la côte que pour la faible profondeur tout autour de la base du Rocher Percé.

 

ET ENCORE...

Plusieurs autres sites, tous aussi variés et attrayants les uns que les autres nous y attendent. Nous pouvons mentionner entre autre Le Boeuf Couché où nous avons effectué une plongée avec des phoques l'an dernier. Le Rocher aux Oiseaux sera encore un autre site à découvrir par notre groupe si les conditions le permettent. Il y a aussi le Banc des Américains, au large de Pointe Saint-Pierre, qui attend d'être exploré par des plongeurs biens préparés. Et encore, et encore...

 


LA VIE MARINE AUX ABORDS DE L'ÎLE BONAVENTURE

Le "Parc Sous-Marin" est composé d'une forêt très diversifiée de plantes aquatiques ainsi que d'une faune abondante.

LA FLORE

La flore aquatique se compose d'algues qui sont des plantes sans feuilles, sans fleurs ou graines, sans racines et sans véritables tiges, elles possèdent cependant de la chlorophylle. Son habitat est en majorité les eaux douces ou salées, à l'exemple des autres végétaux les algues sont à la base de la chaîne alimentaire en fournissant la matière organique aux autres animaux. Très peu de poissons se nourrissent d'algues, mais cependant les oursins verts sont reconnus pour brouter une prairie d'algues à l'image des vaches dans un champs. Les algues se divisent en quatre classes, selon la couleur qui provient de leurs pigments:

les cyanophycées (algue bleue);
les rhodophycées (algue rouge);
les phéophycées (algue brune);
les chlorophycées (algue verte).

Il faut noter qu'aucun spécimen d'algue bleue n'est observable dans la région gaspésienne.

LA FAUNE

Il faut noter qu'en plus des espèces végétales, les principales espèces animales que nous observons dans la baie de Percé ne sont pas des poissons, mais appartiennent à d'autres classes d'animaux, dont:

les spongiaires (éponges);
les cnidaires (anémones, méduses);
les cténophores (béroés, groseilles de mer);
les mollusques (lamellibranches: chitons, bivalves; gastéropodes: nudibranches, patelles; céphalopodes: calmars);
les annélides (vers, néréis);
les arthropodes (crustacés: crabes, crevettes, homards, balanes);
les échinodermes (étoiles de mer, concombres de mer, oursins, ophiures);
les cordés (ascidies: pêches de mer et patates de mer; poissons osteichthyens: osseux; poissons chondrichthyens: cartilagineux tel les requins; pinnipèdes: phoques; cétacés: baleines, dauphins).

Cependant quelques poissons, seuls ou en bancs, seront aussi observés.

(Extrait du Carnet de Route 1996, Les Échos Sous-Marins)

 


Si vous avez des commentaires sur ces pages SVP, communiquez avec l'administrateur.
Dernière mise à jour:  26 mars, 2006